Retour à une réalité fictive

Je suis de retour ! 
Et quel retour difficile … 
Mon corps est en France, mais mon coeur est resté en Algérie … 
Quel voyage bizarre ! Je suis partie là-bas sans me rendre compte réellement que j’avais enfin réussi à rejoindre mon amoureux. Et je suis « rentrée à la maison » avec ce sentiment qu’en réalité je venais de quitter ma maison, notre maison.  
Je me sens vide, orpheline, triste, sans maison, sans refuge, sans chaleur , gorge nouée, yeux larmoyants, coeur à l’arrêt … 
J’ai beaucoup de choses à dire, à raconter, à partager, mais l’envie n’est pas encore là.
 Je suis dans une phase de réadaptation à la France, à la solitude, à l’automatisme. 
Je suis désolée de le dire, mais je n’ai aucune photo à vous montrer. Je n’ai quasiment pas pris de photo, du moins aucune intéressante bloggesquement. Moi, le panda qui prend tout et n’importe quoi en photo. Je dois l’avouer, je ne voulais pas de souvenir. Je cherche à me persuader que c’est un geste inconscient, mais je l’ai fait exprès, inutile de le nier. Le fait est que je n’ai pas envie de pleurer plus que ce que je ne m’autorise déjà. Je sais qu’il ne faut pas s’apitoyer sur son sort, et qu’il y a toujours pire ailleurs. Reste que, voir des photos de mon chéri est devenu bien trop difficile après plus de quinze mois d’attente et ces tout petits jours de bonheur. Chéri qui a triché, qui a mis un mémo sur mon tel, qui a sonné à 17h, une photo de lui et un mot doux s’affichant et me faisant pleurer comme une madeleine sur la route du retour depuis Paris. Vous comprenez maintenant ? Inutile de tenter mes glandes lacrymales plus que de raison. 
J’ai passé quinze jours merveilleux. Nhomme et moi nous entendons toujours autant, malgré les différences, grâce à elles. Voici plus de quatre ans que l’on évolue ainsi, que l’on s’apprivoise, que l’on se complète. Une nouvelle marche a été gravie la semaine de Noël. Toutes les démarches administratives à la con ont été effectuées avec succès et une étrange facilité, j’y reviendrai. D’ici trois ou quatre mois, si la chance est avec nous, je serai madame Panda Nours. Petite pensée qui soigne mon p’tit coeur maussade, bientôt et cette fois c’est un vrai bientôt il retrouvera sa moitié. 
J’ai découvert l’Algérie, sans la découvrir. Nous avons passé notre première semaine à mettre en place nos habitudes et surtout à courir entre les différents rendez-vous obligatoires. Quant à la seconde, j’étais enfermé à la maison, angine et double otite, résultat d’une attente devant le consulat français à 6h du matin cheveux humides (oui c’est de ma faute je sais). Le tout avec un Nhomme attentionné mais perplexe devant un sachet de soupe instantanée (anecdote que je serai obligée de vous conter car elle fait un portrait splendide de la stupidité nhommesque, et aussi parce qu’y repenser me fait grandement sourire, désolée chéri). Reste qu’il y a une chose que j’ai compris de l’Algérie. On ne peut pas la comparer à la France. Et je dis cela malgré le fait que j’ai passé mon temps à dire « chez moi c’est… » . Je ne pouvais pas comprendre tant que je n’étais pas rentrée au pays. Je pense donc faire un billet sur mes impressions mais sans photos … Et là ce n’est pas faute de ne pas avoir voulu prendre le paysage, seulement, chaque fois que l’on se déplaçait, il faisait nuit, ou bien nous étions pressés par le temps, ou encore endormis dans les transports … 
J’y retournerai assez souvent pour vous le faire découvrir, en attendant, il me faudra tricher chouïa ! 
Bref, je suis rentrée. 
J’ai retrouvé mon huahua. Je l’ai trouvé minuscule et j’ai eu cette réflexion bizarre : comment ai-je fait pour me contenter des calineries que je lui faisais pendant tous ces mois de solitude, pour compenser le manque affectif ? 
J’ai retrouvé mon job et les raisons de râler qui vont avec. Ma remplaçante … a fait un sacré mauvais boulot ! Et elle n’est venue que 9 jours sur les 12 congés sans soldes qu’on me sucre. J’sais pas pourquoi, mais ça m’a mis de mauvaise humeur … 
J’ai retrouvé ma famille et leurs préoccupations parfois un peu trop légères. 
J’ai retrouvé mon frère, qui n’a pas fait le nécessaire, et il faudra que je le fasse à sa place malgré le fait qu’il soit directement concerné et que la raison pour laquelle il n’a rien fait, c’est qu’il a les pétoches de s’adresser au patron. Grande gueule, mais que dans le dos des gens ! 
J’ai retrouvé cette sensation que rien ne tourne correctement quand je ne « flic » pas derrière. Que je vais être obligée de reprendre cette place que je n’aime pas, que je ne veux plus. 
J’ai à nouveau cette conviction que cette vie n’est plus pour moi, qu’elle sera bientôt terminée. Je me rend compte, que tout tourne sans moi. Que je suis simplement extrêmement exigeante avec moi-même et avec les autres. 
L’aventure s’est stoppée momentanément, la réalité s’est imposée. 
Et pourtant elle n’a plus rien de réelle à mes yeux … 
L’année 2013 débute donc, de manière mitigée. A la fois heureuse et triste, j’attends la suite. 
Je vous souhaite tout de même une heureuse année, qu’elle comble vos espoirs les plus fous, car parfois ça marche vraiment !
Publicités

8 commentaires sur « Retour à une réalité fictive »

  1. ton billet est touchant, troublant aussi. J'espère que cette année sera une lumière franche pour toi : celle qui coule de sens. Bonne année.

  2. Je te souhaite moi aussi une belle et heureuse année, et surtout la réalisation de tes projets. En attendant, on sera là pour te remonter le moral. Tiens bon.Gros gros bisous

  3. J'ai connu cette sensation horrible, et je suis de tout coeur avec toi! Et là mon coté mère-poule ressort et j'ai envie de te dire que :- 2013 sera L'ANNEE où tu vas devenir Madame ;)- Le plus long est derrière, et devant est tout petit!! Ce n'est plus des mois à attendre mais quelques semaines ;)- N'oublie pas que tu es une soeur et pas (encore) une mère ;)- Deviens égoïste et fais toi plaisir!! ;)En résumé, pense POSITIF!!! Pis les larmes, ça donne des rides ;)BizBiz!!

  4. Merci Isa ! Je ne doute pas que tu sauras me remonter le moral. D'ailleurs, l'une des premières choses que j'ai faite en rentrant a été d'aller lire ton blog et celui de Sophie, histoire de mettre du baume au coeur ^^Plein de bisous ♥

  5. Ah tu sais me remonter le moral comme personne, j't'assure ! Merci merci merci merci ♥♥♥Pis oué, j'sais que ça donne des rides, j'en ai pleiiiiiin (non j'exagère pas du tout tsss) !Plein de bisous à toi et ton mini-homme !

  6. Bonne année à toi !Si tu ne veux plus du rôle que tu joues, et si ce n'est pas/plus toi, alors ne te force pas, change la vision que les gens ont de toi plutôt que de te conformer à ce qu'ils attendent !Courage !

  7. Oui c'est en cours ! Disons que le changement que je veux demande des mois de patience, beaucoup beaucoup de mois de patience, j'en ai juste marre de patienter ^^ Et lorsqu'on touche du doigt ce qu'on aura après toute cette attente, ça donne le blues direct de le quitter …

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s