C’est l’histoire d’un bonnet …

… de grosse laine que j’aurai dû faire pour moi. 
Pour moi, parce que la grande courageuse écolo et sans argent que je suis, prend son vélo six jours sur sept pour aller travailler. 
Qu’en ce moment, on ne dépasse que rarement les trois degrés très tôt le matin, et qu’on est plus souvent en négatif. 
Que même parfois il neige bien, à gros flocons. 
Que je n’ai pas de chance et que j’habite aux pays des pluies verglaçantes (vive l’Anjou !). 
Bref, pour couvrir ma chevelure bicolore  de rêve, il fallait un bon bonnet / béret de grosse laine.
Pourquoi je vous raconte tout ça ? 
Parce que le fameux bonnet/ béret de grosse laine, je l’ai fait. Mais pas pour moi !! Non non, pour La Dame, elle qui ne sort que rarement aux températures les plus froides de la journée … 
Disons que j’ai eu pitié. 
Disons que j’ai été forcée. 
La Dame, prise par la folie mode du moment des pulls de grosse laine vite fait bien chaud, a décidé d’en faire un, après avoir pillé mon stock perso. Preuve : 
Oui je sais, aucune grâce n’est possible avec ce pull, c’est le but je crois …
Reste que, la finition/couture se faisait au crochet, bestiole inconnue de ma mère, j’ai dû me dévouer. Et vous remarquerez qu’on ne voit pas la fameuse finition, tout simplement parce que la laine est très épaisse (plus que le modèle original, presque le double). Donc j’ai passé trois heures douloureuses avec mon crochet de 8, parce que c’est quand même un sacré truc à faire, l’air de rien, un peu pour rien … 
Bref, tout ça pour en venir au bonnet/béret. Il restait une pelote de 100gr (soit 70m, c’est de la super bulky). Elle était là, seule et abandonnée à son triste sort de pelote unique. Je n’ai pas pu résister, j’ai tenté un béret slouchy, qui peut faire bonnet rasta, preuve avec  Black Teddy : 
Crochet n°8. Trois heures à faire et défaire, par manque de fil. J’ai fini par jeter mon dévolu sur ce modèle pour avoir une base en mémoire. Base qui n’a pas vraiment servie puisque je n’ai même pas monté le même nombre de mailles au départ … Je n’ai fait que les deux premiers rangs avec le point basique. Tout le reste a été fait défait et refait en fonction du fil qu’il me restait ou non avec un point adapté moins gourmand. Comble de l’ironie, lorsque j’ai terminé le béret/bonnet, il restait assez de fil pour faire un pompon !  
Evidemment, ce bonnet appartient à La Dame, et moi je n’ai toujours rien pour couvrir mes oreilles du froid. 
A moins, peut-être, qu’un bandeau fasse son apparition d’ici peu …
A suivre …
Publicités

4 commentaires sur « C’est l’histoire d’un bonnet … »

  1. Et encore, il aurait fallu des 9, voire des 10 (selon moi), mais je n'ai pas de pieu chez moi ! Ça ressemble à rien sur le cintre comme ça, mais un p'tit t-shirt col roulé et un pantalon fuseau et ça le fait bien je trouve ^^.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s