La marchande de poissons (tuto inside)

Qui veut mes beaux poissons, ils sont beaux, ils sont frais, qui veut mes beaux poissons ?!? 
… 
Le panda s’excuse de cette entrée en matière quelque peu étrange, certes … Pourquoi parler de poissons, quand manifestement je vais vous parler de … panières et corbeilles ! Tout simplement parce que ce samedi matin, comme toutes les semaines, je suis passée à travers le marché local, comptant nombre de marchands de poissons et paniers criant à tue-tête pour rameuter du client (il y aussi des marchands de légumes et tout hein, ma ville est tout à fait normale !). 
Poisson – panier – corbeille , vous voyez le rapport ? Non ? Bon ok, mon intro est nulle, j’assume ! 
Si vous suivez mon blog, vous avez pu constater que je craque de temps à autre pour une jolie paire de mitaines.
Les mitaines, c’est mignon, c’est chaud, c’est utile. Mais ! C’est petit. Que celle qui n’a jamais perdu un gant, lève le doigt ! Bon, sauf qu’un panda c’est toujours plus maladroit qu’une fille lambda, donc moi je perds mes mitaines même dans la maison ! N’ayant pas d’armoire digne de ce nom, je suis obligée de collectionner les boites de rangement comme celle-ci ou celle-là en plusieurs exemplaires. Ce qui donne un bac à leggings, un énorme bac à écharpes/étoles/chèches, un bac à lingerie, un bac à chaussettes … Oui mais voilà, où coller les mitaines dans tout ce bazar ?? En toute logique, avec mon péché mignon, soit les écharpes&co. Oui mais voilà, un péché mignon ça prend de la place (comprendre beaucoup trop une trentaine d’étoles tissu, dentelle, laine, crochet, tricot, en veux-tu en voilà, ben quoi ? On en a jamais trop, et c’est un cadeau qui me fera toujours plaisir, à bon entendeur !). Et lorsqu’on perd une paire de mitaines dans tant de tissu, qu’on est toujours pressée le matin de partir, et que raaaaaaaah-elle-est-où-la-deuxième-c’est-pas-la-bonne/vire-le-bac-sur-le-lit/montagne-d’écharpes-à-ranger-en-rentrant, au bout d’un moment on se dit que ce serait pas mal de dédier une corbeille aux mitaines. 
Tant qu’à faire, on la fait assez jolie pour pourvoir l’exposer sur le truc qui sert de bureau, à porter de main lorsqu’on part en courant. 
Modèle trouvé sur Ravelry, réalisé en Lorena (la même laine que pour mon gilet Navajo hyper bidouillé), crochet n°6. J’y ai ajouté une fleur tirée de ce bouquin, la tradescantia. J’ai légèrement modifié le modèle, c’est-à-dire fait un rang de brides en plus, pour qu’elle soit plus haute. 
Rien de bien compliqué, mais ô combien utile ! J’espère juste ne pas avoir une crise de mitainïte aiguë, car elle ne pourrait en accueillir que deux autres paires tout au plus. Elle est tout de même très souple, donc sa forme est variable, on aime ou non ! 
Face à cela, la Dame, elle, ben elle a aimé … Elle a passé commande pour sa salle de bain … Avec des exigences en plus ! Madame voulait un couvercle ! Oui mais voilà, le modèle étant très souple, un couvercle par-dessus et tout s’affaisse ! Me voilà donc partie à créer mon propre modèle, encore ! 
Une petite corbeille à perles ! Perles récupérées sur des ballerines très usées. La Dame s’en sert comme fourre-tout à maquillage (oui elle n’a pas grand chose). Et le couvercle, ben … il a été transformé en … porte-trucs. La Lorena est bien trop souple pour ce genre de choses. Il faudrait soit utiliser une technique pour « figer » le tout (que je ne connais pas), soit utilisé un fil très raide (ce que je n’avais pas sous la main, je suis en semestre de no-buy). Ce qui a eu pour conséquence l’apparition du rebord et des perles sur la corbeille. 
Un petit tuto, dès fois que ça vous intéresse : 
La corbeille

Matériel
– ce que vous avez sous la main, moi c’était de la Lorena en pagaille. J’ai utilisé 4.5 pelotes de beige et 0.5 de grise. (pour référence, 50gr = 150m). 
– un crochet n°7. 
Pattern
Travailler avec la laine doublée, cela contribue à la rigidité de la corbeille. 
– Monter un magic loop et travailler en rond. 
Rang 1:  3ml (non comptées dans le total de brides).  Faire 12 Brides et fermer avec une maille coulée dans la 3è ml du début ( = 12 Brides)
Rang 2:  3ml –  2B dans chaque bride – fermer avec une maille coulée. (= 24 Brides)
Rang 3 : 3 ml – *1B, 2B dans la même Bride *, répéter *.* – fermer avec une maille coulée. (= 36 Brides)
Rang 4 : 3 ml – *1B, 1B, 2B dans la même Bride*, répéter *.* – fermer avec une maille coulée. (= 48 Brides)
Rang 5 : 3 ml – *1B, 1B, 1B, 2B dans la même Bride*, répéter *.* – fermer avec une maille coulée. (60 Brides)
Rang 6 : 3 ml – piquer uniquement dans le brin arrière pour ce rang, 1B dans chaque Bride – fermer avec une maille coulée. (=60 Brides)
Rang 7 – 10 : 1B dans chaque B. (=60 Brides)
Rang 11 : 1ms dans chaque B. (=60 ms)
Rang 12 : 1 ms dans chaque ms. (=60ms)
Fermer avec une maille coulée et rentrer le fil. Retourner le haut de la corbeille pour faire un rebord. 
Il n’y a plus qu’à y ajouter les petites lacets avec les perles, à fixer discrètement dans le creux du rebord, et voilà. Si on la veut plus grande, il suffit de continuer les rangs d’augmentation, dans la même dynamique que les rangs 3 à 5. 
Le porte-truc
Etant à la base un couvercle, il s’agit du même système que le fond de la corbeille, avec un petit rabat. 
Matériel : 
– 2.5 pelotes de Lorena
– crochet n°7

Pattern
Travailler avec la laine doublée.

– Monter un magic loop et travailler en rond.
Rang 1:  3ml (non comptées dans le total de brides).  Faire 12 Brides et fermer avec une maille coulée dans la 3è ml du début ( = 12 Brides)
Rang 2:  3ml –  2B dans chaque bride – fermer avec une maille coulée. (= 24 Brides)
Rang 3 : 3 ml – *1B, 2B dans la même Bride *, répéter *.* – fermer avec une maille coulée. (= 36 Brides)
Rang 4 : 3 ml – *1B, 1B, 2B dans la même Bride*, répéter *.* – fermer avec une maille coulée. (= 48 Brides)
Rang 5 : 3 ml – *1B, 1B, 1B, 2B dans la même Bride*, répéter *.* – fermer avec une maille coulée. (60 Brides)
Rang 6 : 2ml – *1ms, 1ms, 1ms, 1ms, 2ms dans la même Bride*, répéter *.* – fermer avec une maille coulée. (= 72 ms)
Rang 7 : 2 ml – piquer uniquement dans le brin arrière pour ce rang, 1ms dans chaque ms – fermer avec une maille coulée. (=72ms)

Et voilà. Théoriquement, si la laine est rigide, le couvercle s’emboîte parfaitement sur la corbeille (si on ne fait pas le rebord). A défaut, il peut servir de porte-trucs. Je le préfère comme ça !

Voilà, c’est tout pour ce week-end ! Mon crochet ne s’est pas arrêté à ces deux petites corbeilles, mais vous le saurez plus tard !

A suivre …

Publicités

2 commentaires sur « La marchande de poissons (tuto inside) »

  1. Je vois qu'on a le même problème d'armoire pas digne de ce nom. (genre bibliothèque ultra basique confo…) et comme faut que je me mette au crochet… jte pique le tuto 🙂

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s