Ces petites bêtes

Ces petites bêtes qui envahissent nos vies. Qui bouleversent nos habitudes. Qui nous force à nous lever tard dans la nuit pour un petit pipi. Qui nous réveille trop tôt le matin en sautant sur le lit sans ménagement. Que l’on doit sortir même les jours de pluie. 
J’ai une petite bête. 
Un gros tas qui s’étale sur le canapé les jours de printemps pour profiter égoïstement du soleil. 
Un lourd huahua qui nous fait mal avec ses grandes aiguilles de pattes quand il nous passe dessus pour aller d’un bout du canapé à l’autre.
Un emmerdeur qui n’arrête pas de squatter mon lit quand je couds ou que je tricotes, attention aux aiguilles tu vas te piquer ou t’éborgner ! 
Un chanteur qui ne supporte pas qu’on lui taquine le bout des pattes et le fait savoir en faisant ses gammes.  
Un petit poney, qui ne peut s’empêcher de faire le beau en trottinant comme un cheval lorsqu’il croise d’autres chiens. 
Un trouillard qui a peur des gros cailloux et des vélos parce qu’il ne voit pas bien ce que cette grosse bête là fiche en plein milieu du chemin. 
Un crocodile qui ouvre la gueule sans faire un bruit chaque fois qu’on approche la main de son bébé en cours de machouillage. 
Un gros gueulard qui ameute tout le quartier de sa voix suraiguë de castré pour signaler qu’ici c’est lui le maître. 
Un gros bébé qui se fait caliner et bisouter mille fois par jour par 4 personnes différentes. 
Un arnaqueur qui réussit à avoir des gâteaux rien qu’en ayant l’air mignon. 
Un gros « kipu » à qui je donne le bain une fois par semaine en lui disant « ooooh qu’il est beauuuu mon huahuaaaa » au moins 10 fois en 5 minutes.
Un fou d’amour de pioupiou qui lui fait faire la sérénade pendant 20 mins chaque fois qu’il en mange, Médor ou Chocolat dans la gueule.
Un gros gourmand qui ne sait pas s’arrêter de réclamer. 
Un profiteur qui élit tout endroit moelleux de l’appartement comme une extension de son lit. 
Un chiouinouin qui chouine pour un oui et pour un non, et surtout quand il se fait griffer la truffe par un chat. 
Un aventurier qui, un jour, s’est jeté dans les orties, tout entier, et en est ressorti tout bouffi. 
Un très bon joueur de cache-cache qui finit toujours par me trouver, mais sans utiliser son nez ! 
Une horloge canine qui sait exactement quand c’est l’heure de manger et qui n’hésite pas à te dire que tu es en retard pour préparer le repas, « tu abuses là, j’ai faim ! » .
Un chien plein d’amour qui sait y faire pour réclamer des câlins et des grattouilles en s’asseyant comme un gnome.  
Un bon chien qui cherche à te défendre … des mouches, car ces bestioles là, elles sont féroces ! 
Un gros dormeur qui en écrase pas mal, d’heures de sommeil.
Un gros péteur ! Qui a honte de lui chaque fois qu’il en lâche une. 
Un ronfleur hors du commun, on appelle ça « faire le paquebot ». 
Un petit con qui n’a jamais porté le pull blanc que je lui ai tricoté, il fait trop efféminé il parait ! 
Un gros frileux qui n’hésite pas à se glisser sous les draps de n’importe qui. 
Un collectionneur d’objets : pulls, lit, bébés, nonosses, couvertures, genoux et oreillers du lit des autres. 
Un squatteur de « photos pour le blog », mais si, il est partout ! 
Le temps que j’énumère tout ceci, mon petit chien est parti. Il s’est endormi et ne se réveillera plus. Mon petit père avait une tumeur au cerveau et nous a fait de grosses crises d’épilepsies sans prévenir. Il y avait des signes avant-coureurs depuis tous ces mois, mais on n’a pas compris … Il n’y avait d’autre choix que de te laisser partir, pour que tu arrêtes de souffrir, pour que tu fasses enfin un grododo. Toi qui aimais tellement ça dormir partout, tout le temps et dans toutes les positions. 
Mon gnognotte, tu ne verras jamais mon Nhomme-mari, et pourtant il arrive dans quelques jours. 
Mon yoyotte, tu n’essaieras pas le nouvel harnais que je voulais t’acheter pour que tu puisses encore plus poneytiser en public.  
Mon titoutou, tu n’as pas eu le temps de manger le pioupiou de ce mois-ci. Ta sérénade va me manquer. 
Mon petit Eliott tu me causes un gros chagrin. Toi qui es arrivé dans nos vies sans prévenir, tu as pris une place énorme et tu laisses un gros vide derrière toi, sans prévenir aussi. On a fait tout ce qu’on pouvait pour te rendre heureux, et tu as oublié tes friandises ici. 
Ma petite bête est partie au bout de son chemin … 
Advertisements

9 thoughts on “Ces petites bêtes

  1. Je pense bien fort à toi dans cette épreuve. Ton texte est magnifique, il m'a arraché un larme. Comme quoi, la tristesse, c'est de l'amour encore… Des bises affectueuses.

  2. Et ben voila, maintenant je pleure car tout cela m'a fait penser à mon petit Pilou parti en 2009. Je ne l'oublirai jamais et jamais je ne le remplacerai. Je te souhaite bien du courage. Bisous.

  3. ton texte transpire l'amour que tu lui portais et la détresse où tu es;je te comprends très bien, nous avons deux chats adorables dont nous sommes gagas, et en te lisant, je nous voyais avec nos petitsil a eu une vie heureuse, c'est la seule consolation que je puisse te direbisous

  4. Gros gros bisous, ma belle. Je me réjouis que le Nhomme-mari soit bientôt là pour te serrer dans ses bras, que tu n'aies pas à affronter ça toute seule.<3<3<3

  5. Je suis vraiment désolée. J'ai un chien et un chat et nous les adorons. Moi qui suis enceinte je me surprends pourtant à être plus ferme avec le chien. Certainement l'appréhension qui l'accueille ma petite. Quoi qu'il soit je te souhaite du courage car cela n'est pas évident. On s'y attache tellement. Bises.

  6. Je viens de lire ton texte qui m’a bouleversée. Comme je comprends à quel point tu as dû être (et es sûrement encore) malheureuse. Parfois c’est mieux qu’ils partent, au moins ils ne souffrent plus, mais ils laissent un vide immense dans nos vies. J’ai eu 3 chiens, 4 chats et 1 furet dans ma vie. Sur tout ce petit monde là, il me reste mes deux chats Marcus et Varo. Je les aime tous, ils sont tous différents, aucun ne vient en « remplacer » un autre. Ceux qui sont partis ont laissé des vides impossibles à combler. Mais on a toujours de la place pour en aimer d’autres, sans oublier les premiers. J’espère que le temps apaisera ta peine et ne te laissera que des bons souvenirs.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s