Soutien-gorge : les bases.

Bien le bonjour !

Comme promis, je commence à publier les petits articles sur le fameux « faire son soutien-gorge soi-même’.

Dans cette suite d’articles, je ne vais pas revenir en détail sur tout, mais faire une espèce de synthèse de ce que j’ai pu glaner comme informations ici ou là et de ce qui m’a réellement servi pour faire mes choix. Vous trouverez également les boutiques que j’ai pu testé jusqu’à aujourd’hui et mon avis sur celles-ci et leurs fournitures.

img_20161025_174258
Version test 3 en coton légèrement extensible

1. Où trouver des infos ? 

Si vous souhaitez vraiment réunir un maximum d’informations et vous faire votre propre avis sur les multiples possibilités qu’offre le fait de coudre soi-même son soutien gorge, je vous invite à aller lire les nombreux articles très complets de Marie Poisson. Ils sont très intéressants, très instructifs, et ne manquent pas de détails très utiles. Vous y trouverez d’ailleurs des articles récapitulant de nombreuses boutiques pour acheter le nécessaire à lingerie, dans laquelle j’ai pioché, mais aussi quelques pistes de patrons de soutien-gorge.

Vous trouverez également d’autres infos chez d’autres blogueuses, qui se sont attaquées au cas du soutien gorge bien avant moi (les dessous d’anna ou lilysews pour citer des francophones).

Si vous êtes assez à l’aise avec l’anglais, je vous conseille le blog The sewing and life adventures of Emerald Erin, elle a une catégorie « théorie du soutien gorge » qui est une mine d’or pour mieux comprendre son soutien-gorge mais aussi sa poitrine, notamment sur les différentes formes du sein et des armatures qui vont avec. Vous trouverez énormément de blogueuses anglophones parler du soutien-gorge, elles ont, comme toujours, pas mal d’avance sur nous ;).

img_20161008_190125
Version test 1 en viscose

2. Commencer avec quel patron ? 

C’est une bonne question ! A laquelle je n’ai pas de réponse. J’ai fait quelques recherches, regardé ce que les copines ont choisi et fait mon choix en fonction.

  • J’ai commencé avec le patron 3131 de Jalie, que j’ai trouvé sur la boutique Alysse créations (qui fait corseterie en plus des fibres/écheveaux non teints, je reviendrai dessus) mais que vous pouvez trouver sur le site de la marque également. C’est un patron planche, qui contient des explications en français et en anglais, comprenant 17 tailles au total (de bonnets et de tours de dos), une variante débardeur et une option allaitement. C’est un soutien-gorge sans armature, aux allures de soutien-gorge/brassière de sport, entièrement en tissu extensible. J’avais jeté mon dévolu sur ce modèle essentiellement pour faire de la lingerie pour ma mère, ayant tout juste eu une ablation du sein, il lui faut à présent une « lingerie » adaptée. Je me suis fait la main avec ce modèle, décidant de faire les bonnets avec un tissu non extensible (mauvaise idée, le modèle ne s’y prête pas vraiment). Le patron est bien fait, la planche plutôt pratique, il semble tailler correctement pourvu qu’on respecte le degré d’élasticité recommandé, sans compter que toutes les variantes et options sont franchement sympas.

  • Le patron avec lequel j’ai vraiment réussi à faire un « vrai » soutien-gorge, c’est le Marlborough bra de Orange Lingerie.  C’est une marque créée par une indépendante américaine, me semble-t-il, qui propose, pour le moment, deux modèles de soutien-gorge et deux modèles de culotte. Après avoir vu plusieurs couturières-tricopines le faire, je me suis dit que ce patron semblait bien fonctionner et correspondait à ce que j’ai l’habitude de porter, j’ai donc jeté mon dévolu sur lui. Vous l’aurez deviné, c’est un patron en anglais, qui coûte environ 15 euros (selon le taux de change). Un poil cher pour du PDF, certes, mais il les vaut, à mon avis. L’avantage du soutien-gorge, c’est que ce sont de petites pièces, elles tiennent donc sur 3 pages imprimées, l’idéal. Pour une fois la partie découpage/décalquage se fait en 5 min ! Je ne m’étalerai pas sur ce modèle, car j’ai prévu déjà 3 billets sur les 3 versions tests que j’en ai fait (afin de l’ajuster à mes formes et mes mesures), mais c’est un très bon patron, les explications sont claires (même s’il en manque peut-être un peu pour expliquer comment doubler les bonnets du soutien-gorge). Le patron est disponible du 30 au 42 (en pouces, ce qui donne du 75 en 105 tour de poitrine chez nous) et du bonnet A au J (le tout en deux fichiers, du A au DD / du DDD au J). Personnellement, je l’ai acheté en ne vérifiant que le bonnet (je fais du C dans son tableau, j’ai donc acheté le premier fichier), mais j’ai oublié de vérifier le tour de poitrine. Sachant que je fais un bon 46 américain. J’ai donc dû modifier (car il était acheté, je n’allais pas le jeter !) à ma sauce les 3 premières versions que j’ai faites. Jusqu’à ce que je me rende compte que la créatrice de ce patron indiquait un tableau de correspondance sur son blog … Oui je suis longue à la détente, ou bien trop pressée de tester, au choix. Pour le coup, même en faisant un 52″/130 cm de tour de poitrine, on peut utiliser ce patron a priori, en suivant les ajustements qu’elle indique ici (je reviendrai dessus dans les articles où je parlerai de mes ajustements).
  • Une autre solution, si vous êtes un peu radine sur les bords, et de tester un patron disponible sur Youtube (par ici). C’est un tuto vidéo de modepourlol qui vous explique comment créer votre soutien gorge avec vos propres mesures. En somme, on vous montre comment patronner votre propre modèle. Je trouve cette vidéo très intéressante et je sais déjà que je l’utiliserai pour essayer de créer des variantes du Marlborough à moindre coût ou pour tenter de patronner quelque chose pour ma mère :).

Je n’ai pas testé d’autres modèles de soutien gorge pour le moment. Je m’amuse beaucoup avec le Marlborough, il est très facile d’en faire des versions totalement différentes les unes des autres. Je tenterai bien le second patron d’Orange Lingerie un de ces jours, pour changer. Je vous invite à voir la liste de Marie Poisson pour plus de modèles.

screenshot_2016-10-31-20-50-54-1
Version test 2 en coton chambray

3. Quelles fournitures pour un soutien-gorge ? 

Alors, je ne ferai pas une longue liste de tout ce que vous pouvez trouver, mais simplement une liste de ce qu’il faut avoir pour faire un soutien-gorge basique. Ce avec quoi j’ai commencé en somme.

  • un tissu extensible pour le dos. Au choix, du powernet (ce que j’utilise pour le moment), du lycra, du satin extensible, du voile/ de la dentelle extensible, du spandex, … Il y a plein de possibilités, à vous de choisir ce qui vous correspond le mieux. Pensez qu’on a besoin de peu, j’ai acheté pour 4€, 40x 140 cm de powernet, soit de quoi couper 5 dos de soutien-gorge, une affaire.
  • un tissu non extensible pour les bonnets, l’encadrement des bonnets et le pont. Vous pouvez utiliser, a priori n’importe quoi, ça tient dans les chutes tout en respectant le droit fil et ça ne coûte quasiment rien. Pour l’instant j’ai testé de la simple cotonnade et de la viscose. J’ai aimé les deux, même si la viscose est franchement capricieuse à coudre sur de si petites pièces. Pensez simplement à laver le tissu avant, si ce n’est pas déjà fait, au cas où il rétrécirait. Vous pouvez utiliser des tissus extensibles pour toutes ces pièces, à condition de les doubler avec, par exemple, un voile résille (doux, type 15 deniers) non extensible qui bloquera l’élasticité des pièces. Ce sont des pièces qui ne doivent pas se déformer, sinon elles ne serviront à rien.
  • de l’élastique pour le tour de sous-poitrine. Généralement, c’est un élastique qui mesure entre 12 et 20 mm, assez raide. Il doit être de bonne qualité car l’essentiel du soutien vient de lui. Il peut être simple ou dentelé. L’important c’est qu’il ait une face toute douce (celle qui sera contre votre peau).
  • de l’élastique pour les bretelles. C’est un élastique qui est, généralement, légèrement satiné sur l’endroit et dont l’envers est doux. C’est un élastique qui mesure entre 6 et 10 mm de large, la plupart du temps. On en trouve de toutes sortes, de toutes les couleurs. Il complète le soutien de l’élastique de sous-poitrine, mais ne doit JAMAIS le remplacer (un dos qui remonte c’est un soutien gorge mal taillé).
  • de l’élastique pour l’encolure/les aisselles. C’est un élastique assez fin, environ 4 à 6 mm, souple et fluide, que l’on coud sur le haut du bonnet et sur le tour de poitrine supérieur (sous les bras). Il permet la bonne tenue du bonnet et du soutien-gorge sur votre peau. De la même manière, il a un coté doux et un coté simple.
  • les armatures. Il y en a de différentes formes et de différentes tailles. Je crois que c’est la pièce la plus importante car si elle n’est pas à votre taille, le soutien-gorge vous blessera d’une manière ou d’une autre. Le plus simple pour trouver votre taille est encore de mesurer directement sur votre sein avec une règle souple (comme celles des couturières) et de mouler la forme de votre sein sur la règle. C’est, du moins, comme cela que j’ai fait. Une fois mesuré, j’ai comparé avec ce PDF (provient du site B wear) qui regroupent les différentes tailles d’armature « regular »/communes (il existe aussi des longues, extra-longues et courtes, allez sur cette page pour trouver le PDF de toutes ces formes). Dans mon cas, j’avais mesuré 30 cm, ce qui correspondait au 46/48 américain.
  • Le channeling. C’est tout simplement la gaine toute douce dans laquelle on glisse l’armature.
  • l’attache.
  • la quincaillerie : au minimum 2 anneaux ronds et 2 anneaux rectangulaires pour un soutien gorge.

En plus :  vous pouvez utiliser de la dentelle, des petits noeuds, des rubans, des galons de toute sorte, … tout ce que pouvait mettre sur un soutien gorge pour le décorer. Vous trouverez également des baleines verticales, que l’on met sur le coté, sous l’aisselle, pour les poitrines les plus « lourdes », ou des coques en mousse pour les poitrines les plus menues pour un effet push-up. Il y a tout un tas d’attaches (pour attacher le soutien-gorge devant, ou des rubans d’attaches, pour choisir vous même la largeur de cette dernière) et des petits trucs sympa (des armatures en V qui permettent de faire un soutien-gorge « ouvert » et très pigeonnant par exemple). A vous de fouiller et de vous inspirer de toute la lingerie qui vous entoure ;).

Pour les plus radines, vous pouvez récupérer l’essentiel de ces pièces sur d’anciens soutien-gorges ou nuisettes qui ne vont plus/que vous ne portez plus. Pensez simplement à vérifier que les élastiques, si vous voulez les récupérer, soient encore de bonne qualité.

screenshot_2016-10-31-20-56-42-1
Commande English Couture Company

4. Où se fournir ? 

Pour ma part, j’ai privilégié les boutiques où l’on pouvait trouver tout au même endroit, afin de ne pas raquer en frais de port inutiles. Voici celles que j’ai testées :

  • Alysse créations (seule boutique française où j’ai trouvé presque tout) : on y trouve du très basique pour des tailles « standards » (au delà du 100C, passez votre chemin pour les armatures). J’y ai testé les élastiques, la gaine à armature (la meilleure que j’ai pu utiliser pour l’instant) les anneaux et les attaches de dos. Les élastiques sont de bonne qualité mais les attaches sont plutôt bof par rapport à ce que j’ai pu trouver ailleurs, on sent la colle sur les bords. Les prix sont très raisonnable, ça peut être pas mal pour se ravitailler rapidement en quincaillerie. Le tout est livré en format lettre, 3€50 les FDP, c’est sympa.
  • B wear : c’est un site suédois qui livre partout (une petite semaine ouvrée pour la France), dispo en suédois et en anglais. Je le trouve très pratique de navigation et bien organisé. On y trouve tout. Mais vraiment tout. Tissu extensible ou non, dentelle, lycra, élastiques, anneaux, gaine … Bref, tout y est, y compris le powernet, a un prix raisonnable (que je n’arrive pas à trouver en France). J’y ai testé un peu tout et je n’ai rien à y redire, tout est de bonne facture. Le petit plus c’est qu’on y trouve plein de couleurs et de choix, les armatures sont de bonne qualité, et on peut acheter à partir de 10 cm. Les FDP sont tout de même un peu élevé, environ 10€ sans suivi en format lettre.
  • English couture company : c’est un site anglais, qui livre également partout a priori (moins de 4 jours dans mon cas). Pour le coup, je le trouve affreux niveau navigation, mal fichu, il faut beaucoup fouiller pour trouver, MAIS il y  a beaucoup beaucoup de choses à des prix très chouettes. Les FDP sont plus raisonnables, environ 5€ sans suivi en format lettre. Je pense que c’est le moins onéreux du lot niveau élastique et dentelle. On peut également y commander à partir de 10 cm. Attention, les prix sont en £.
  • Sur a little mercerie, j’ai trouvé une boutique, mercerie-et-cie, qui vend notamment les armatures de soutien-gorge de 17,2 à 35 cm, ce qui est juste top car ça représente un grand pannel de taille et qu’on peut comparer en mesurant sans essayer de deviner avec les pseudos tailles françaises. 1,35€ la paire à partir de 5 paires, c’est le moins cher que j’ai pu trouvé en France avec autant de tailles avec envoi en format lettre. Petit bémol, elles sont de moins bonne qualité que celles que j’ai acheté chez B wear (1€50 la paire, mais avec 10 € de FDP). Plus souple, elles se tordent plus facilement. Je ne les recommanderai pas aux grosses poitrines car le poids pourrait les tordre rapidement.
  • Sur etsy, j’ai testé une boutique coréenne, Making plus, pour du tulle extensible dans un sens (dit hexagonal sur sa boutique) qui me servira de doublure pour les soutien-gorge que je prévois de faire tout en dentelle. On y trouve pas mal de couleurs, à moins de 3€ (90×150 cm), ça vaut le coup. 5€ de FDP et c’est arrivé en moins de 4 jours, sans douane. On y trouve aussi de jolies dentelles, mais je n’ai pas testé.

Et c’est tout ! Mais rien qu’avec celles-ci, j’ai déjà pas mal de fournitures. C’est vrai que ça a un coût certain car on prend beaucoup de choses différentes, mais au final, cela permet de faire plusieurs soutien-gorge, et au prix de revient, on est forcément gagnant. Personnellement, chacun de mes tests m’ait revenu à moins de 7€ pièce lorsqu’on fait les comptes. On ne peut plus rentable !

J’ai repéré une autre boutique sur A little mercerie, pour de la dentelle fabriquée en France (dentelle de Calais a priori), très belle, mais plus chère, chez Petits plaisirs. On y trouve aussi des fournitures « standards », un peu plus cher que chez les autres.

On trouve également quelques fournitures (jamais tout) et tissus chez Rascol ou Ma petite mercerie. Il y  a parfois du lycra chez Bennytex, les coupons de saint pierre ou encore Buttinette. L’idéal étant de privilégier les boutiques qui vendent dès 10 cm pour acheter juste le métrage voulu (3 m de lycra noir, c’est un peu redondant) sans se ruiner.

screenshot_2016-10-31-20-56-10-1
Future version ❤

5. Et ensuite, on commence par quoi ? 

Ce que je vais vous indiquer est simplement ma propre expérience, à vous de voir si ça vous conviendra. J’ai procédé ainsi :

  • Déterminer sa taille d’armature. Si vous n’avez pas de soucis avec vos soutien-gorge du commerce (pas de blessure, pas de baleine qui rentre dans le sein, pas de pont qui se balade entre les deux seins, …), vous pouvez simplement mesuré l’armature de votre soutien-gorge chouchou. En revanche, si votre soutien-gorge vous fait mal, c’est qu’il n’est pas bien taillé, il faut mesurer sur vous ! Pour cela, une règle souple (de ce type) fait amplement l’affaire. On place le bout de la règle de manière à ce que le début de la règle corresponde à l’endroit où vous appréciez la hauteur du pont (la pièce entre les deux seins) et vous englobez le sein avec la règle jusqu’à sa « naissance ». Attention, pour certaines femmes, comme moi, le sein naît très proche de l’aisselle, car le sein est tout simplement large, sans forcément être profond. Une fois la mesure prise, il suffit de comparer avec le PDF que je citais plus haut. Si vous hésitez entre deux, essayez les deux.
  • Déterminer sa taille de soutien-gorge, noter les correspondances possibles et avoir les mesures nécessaires en cm et en pouces. Pour cela, encore une fois, on mesure et on compare. Ce PDF explique très bien la marche à suivre (c’est en anglais, mais les mesures parlent d’elles-mêmes). Je vous redirige volontairement vers des mesures anglo-saxonnes car elles sont bien plus claires et simples que les tailles françaises à mon goût (je n’ai, de toute façon, pas trouver de patron français qui utiliseraient des données françaises avec un panel de tailles intéressant pour toutes). Par exemple, dans les mesures strictes, je fais un 46 C. Mais je peux aussi faire un 48B, un 44D, un 42 DD (ou E chez nous), un 40 DDD (ou F chez nous), …. La seule chose qu’il me faudra changer, c’est la pièce du dos, en l’allongeant ou la raccourcissant de quelques cms. L’important est de comprendre qu’une taille peut correspondre à une ligne spécifique de tailles qui utilisent TOUTES la même longueur d’armature (donc la même largeur de bonnet). C’est pourquoi il est très important de déterminer d’abord quelle armature est faite pour vous afin de pouvoir vous lancer sans perdre de temps avec ce détail une fois face au patron.

A ce stade, vous avez fait le plus dur.

Il ne vous reste plus qu’à choisir un modèle de soutien gorge. Si un modèle n’a pas votre tour de poitrine, mais qu’une flopée de tailles de bonnet est disponible, comme le marlborough bra, vous pourrez tout de même vous coudre ce soutien-gorge à votre taille, après quelques tests, grâce à la correspondance des tailles.

Gardez à l’esprit que, même si votre mesure se trouve dans le patron, il est fort à parier que le premier soutien-gorge que vous vous ferez demandera des adaptations pour parfaire le prochain (un pont plus étroit ou plus large, un bonnet un peu moins profond, une aisselle qui baille, …). Dans mon cas, il m’aura fallu 3 versions tests pour y arriver. La troisième étant presque parfaite. Ce sera donc ma quatrième version qui devrait être la bonne. 😉

Voilà, ce premier billet s’achève là, car il est déjà bien long. Je pense avoir mis l’essentiel des informations qu’on peut chercher lorsqu’on veut débuter. Si jamais vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à mes les poser, j’y répondrai autant que possible 😉

Dans le prochain billet lingerie, on parlera de ma première version du marlborough bra et des ajustements que j’ai pu y faire pour réussir à obtenir une taille qui s’approche de la mienne 🙂

A bientôt !

img_20161025_174333

Advertisements

8 thoughts on “Soutien-gorge : les bases.

  1. C’est super intéressant merci !!! Je n’avais jamais pensé que l’on pouvait coudre son soutien-gorge soi-même… ça t’as pris combien de temps en moyenne ?
    Vivement la sutie 😉

    1. Le tout premier … j’ai bien mis 2 h à le modifier car je n’arrivais pas à visualiser. Du coup j’ai fait un soutien gorge en papier x). Et ensuite pour l’assemblage, 4 ou 5 soirées car j’étais perdue. Pour le dernier que j’ai fait, j’ai mis environ 10h, modifications incluses, mais j’avais mes attelles à chaque main, donc légèrement handicapée dans mes mouvements. Je pense que le prochain, je devrais y arriver en deux petites soirées^^

  2. Un grand merci pour ce billet, je me posais tellement de questions quand tu as commencé à en parler, cela me donne encore plus envie de tester 😉
    Pis juste bravo!! 😉

  3. Passionnant billet, j’avais vu tes podcast mais la c’est plus facile à comprendre ainsi, je ne sais pas si j’oserais les soutien gorge mais j’ai testé une culotte et c’est vrai que c’est assez simple.

  4. Eh bien super !!! surtout lorsque l’on ne trouve pas sa taille en boutique c’est très pratique d’ailleurs il y a livre sortie récémmement à la fnac « Coudre sa lingerie de Laura Stanford, Katherine Sheersil est géniale assez vintage mais très jolie .

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s