Soutien-gorge : les bases.

Bien le bonjour !

Comme promis, je commence à publier les petits articles sur le fameux « faire son soutien-gorge soi-même’.

Dans cette suite d’articles, je ne vais pas revenir en détail sur tout, mais faire une espèce de synthèse de ce que j’ai pu glaner comme informations ici ou là et de ce qui m’a réellement servi pour faire mes choix. Vous trouverez également les boutiques que j’ai pu testé jusqu’à aujourd’hui et mon avis sur celles-ci et leurs fournitures.

img_20161025_174258
Version test 3 en coton légèrement extensible

1. Où trouver des infos ? 

Si vous souhaitez vraiment réunir un maximum d’informations et vous faire votre propre avis sur les multiples possibilités qu’offre le fait de coudre soi-même son soutien gorge, je vous invite à aller lire les nombreux articles très complets de Marie Poisson. Ils sont très intéressants, très instructifs, et ne manquent pas de détails très utiles. Vous y trouverez d’ailleurs des articles récapitulant de nombreuses boutiques pour acheter le nécessaire à lingerie, dans laquelle j’ai pioché, mais aussi quelques pistes de patrons de soutien-gorge.

Vous trouverez également d’autres infos chez d’autres blogueuses, qui se sont attaquées au cas du soutien gorge bien avant moi (les dessous d’anna ou lilysews pour citer des francophones).

Si vous êtes assez à l’aise avec l’anglais, je vous conseille le blog The sewing and life adventures of Emerald Erin, elle a une catégorie « théorie du soutien gorge » qui est une mine d’or pour mieux comprendre son soutien-gorge mais aussi sa poitrine, notamment sur les différentes formes du sein et des armatures qui vont avec. Vous trouverez énormément de blogueuses anglophones parler du soutien-gorge, elles ont, comme toujours, pas mal d’avance sur nous ;).

img_20161008_190125
Version test 1 en viscose

2. Commencer avec quel patron ? 

C’est une bonne question ! A laquelle je n’ai pas de réponse. J’ai fait quelques recherches, regardé ce que les copines ont choisi et fait mon choix en fonction.

  • J’ai commencé avec le patron 3131 de Jalie, que j’ai trouvé sur la boutique Alysse créations (qui fait corseterie en plus des fibres/écheveaux non teints, je reviendrai dessus) mais que vous pouvez trouver sur le site de la marque également. C’est un patron planche, qui contient des explications en français et en anglais, comprenant 17 tailles au total (de bonnets et de tours de dos), une variante débardeur et une option allaitement. C’est un soutien-gorge sans armature, aux allures de soutien-gorge/brassière de sport, entièrement en tissu extensible. J’avais jeté mon dévolu sur ce modèle essentiellement pour faire de la lingerie pour ma mère, ayant tout juste eu une ablation du sein, il lui faut à présent une « lingerie » adaptée. Je me suis fait la main avec ce modèle, décidant de faire les bonnets avec un tissu non extensible (mauvaise idée, le modèle ne s’y prête pas vraiment). Le patron est bien fait, la planche plutôt pratique, il semble tailler correctement pourvu qu’on respecte le degré d’élasticité recommandé, sans compter que toutes les variantes et options sont franchement sympas.

  • Le patron avec lequel j’ai vraiment réussi à faire un « vrai » soutien-gorge, c’est le Marlborough bra de Orange Lingerie.  C’est une marque créée par une indépendante américaine, me semble-t-il, qui propose, pour le moment, deux modèles de soutien-gorge et deux modèles de culotte. Après avoir vu plusieurs couturières-tricopines le faire, je me suis dit que ce patron semblait bien fonctionner et correspondait à ce que j’ai l’habitude de porter, j’ai donc jeté mon dévolu sur lui. Vous l’aurez deviné, c’est un patron en anglais, qui coûte environ 15 euros (selon le taux de change). Un poil cher pour du PDF, certes, mais il les vaut, à mon avis. L’avantage du soutien-gorge, c’est que ce sont de petites pièces, elles tiennent donc sur 3 pages imprimées, l’idéal. Pour une fois la partie découpage/décalquage se fait en 5 min ! Je ne m’étalerai pas sur ce modèle, car j’ai prévu déjà 3 billets sur les 3 versions tests que j’en ai fait (afin de l’ajuster à mes formes et mes mesures), mais c’est un très bon patron, les explications sont claires (même s’il en manque peut-être un peu pour expliquer comment doubler les bonnets du soutien-gorge). Le patron est disponible du 30 au 42 (en pouces, ce qui donne du 75 en 105 tour de poitrine chez nous) et du bonnet A au J (le tout en deux fichiers, du A au DD / du DDD au J). Personnellement, je l’ai acheté en ne vérifiant que le bonnet (je fais du C dans son tableau, j’ai donc acheté le premier fichier), mais j’ai oublié de vérifier le tour de poitrine. Sachant que je fais un bon 46 américain. J’ai donc dû modifier (car il était acheté, je n’allais pas le jeter !) à ma sauce les 3 premières versions que j’ai faites. Jusqu’à ce que je me rende compte que la créatrice de ce patron indiquait un tableau de correspondance sur son blog … Oui je suis longue à la détente, ou bien trop pressée de tester, au choix. Pour le coup, même en faisant un 52″/130 cm de tour de poitrine, on peut utiliser ce patron a priori, en suivant les ajustements qu’elle indique ici (je reviendrai dessus dans les articles où je parlerai de mes ajustements).
  • Une autre solution, si vous êtes un peu radine sur les bords, et de tester un patron disponible sur Youtube (par ici). C’est un tuto vidéo de modepourlol qui vous explique comment créer votre soutien gorge avec vos propres mesures. En somme, on vous montre comment patronner votre propre modèle. Je trouve cette vidéo très intéressante et je sais déjà que je l’utiliserai pour essayer de créer des variantes du Marlborough à moindre coût ou pour tenter de patronner quelque chose pour ma mère :).

Je n’ai pas testé d’autres modèles de soutien gorge pour le moment. Je m’amuse beaucoup avec le Marlborough, il est très facile d’en faire des versions totalement différentes les unes des autres. Je tenterai bien le second patron d’Orange Lingerie un de ces jours, pour changer. Je vous invite à voir la liste de Marie Poisson pour plus de modèles.

screenshot_2016-10-31-20-50-54-1
Version test 2 en coton chambray

3. Quelles fournitures pour un soutien-gorge ? 

Alors, je ne ferai pas une longue liste de tout ce que vous pouvez trouver, mais simplement une liste de ce qu’il faut avoir pour faire un soutien-gorge basique. Ce avec quoi j’ai commencé en somme.

  • un tissu extensible pour le dos. Au choix, du powernet (ce que j’utilise pour le moment), du lycra, du satin extensible, du voile/ de la dentelle extensible, du spandex, … Il y a plein de possibilités, à vous de choisir ce qui vous correspond le mieux. Pensez qu’on a besoin de peu, j’ai acheté pour 4€, 40x 140 cm de powernet, soit de quoi couper 5 dos de soutien-gorge, une affaire.
  • un tissu non extensible pour les bonnets, l’encadrement des bonnets et le pont. Vous pouvez utiliser, a priori n’importe quoi, ça tient dans les chutes tout en respectant le droit fil et ça ne coûte quasiment rien. Pour l’instant j’ai testé de la simple cotonnade et de la viscose. J’ai aimé les deux, même si la viscose est franchement capricieuse à coudre sur de si petites pièces. Pensez simplement à laver le tissu avant, si ce n’est pas déjà fait, au cas où il rétrécirait. Vous pouvez utiliser des tissus extensibles pour toutes ces pièces, à condition de les doubler avec, par exemple, un voile résille (doux, type 15 deniers) non extensible qui bloquera l’élasticité des pièces. Ce sont des pièces qui ne doivent pas se déformer, sinon elles ne serviront à rien.
  • de l’élastique pour le tour de sous-poitrine. Généralement, c’est un élastique qui mesure entre 12 et 20 mm, assez raide. Il doit être de bonne qualité car l’essentiel du soutien vient de lui. Il peut être simple ou dentelé. L’important c’est qu’il ait une face toute douce (celle qui sera contre votre peau).
  • de l’élastique pour les bretelles. C’est un élastique qui est, généralement, légèrement satiné sur l’endroit et dont l’envers est doux. C’est un élastique qui mesure entre 6 et 10 mm de large, la plupart du temps. On en trouve de toutes sortes, de toutes les couleurs. Il complète le soutien de l’élastique de sous-poitrine, mais ne doit JAMAIS le remplacer (un dos qui remonte c’est un soutien gorge mal taillé).
  • de l’élastique pour l’encolure/les aisselles. C’est un élastique assez fin, environ 4 à 6 mm, souple et fluide, que l’on coud sur le haut du bonnet et sur le tour de poitrine supérieur (sous les bras). Il permet la bonne tenue du bonnet et du soutien-gorge sur votre peau. De la même manière, il a un coté doux et un coté simple.
  • les armatures. Il y en a de différentes formes et de différentes tailles. Je crois que c’est la pièce la plus importante car si elle n’est pas à votre taille, le soutien-gorge vous blessera d’une manière ou d’une autre. Le plus simple pour trouver votre taille est encore de mesurer directement sur votre sein avec une règle souple (comme celles des couturières) et de mouler la forme de votre sein sur la règle. C’est, du moins, comme cela que j’ai fait. Une fois mesuré, j’ai comparé avec ce PDF (provient du site B wear) qui regroupent les différentes tailles d’armature « regular »/communes (il existe aussi des longues, extra-longues et courtes, allez sur cette page pour trouver le PDF de toutes ces formes). Dans mon cas, j’avais mesuré 30 cm, ce qui correspondait au 46/48 américain.
  • Le channeling. C’est tout simplement la gaine toute douce dans laquelle on glisse l’armature.
  • l’attache.
  • la quincaillerie : au minimum 2 anneaux ronds et 2 anneaux rectangulaires pour un soutien gorge.

En plus :  vous pouvez utiliser de la dentelle, des petits noeuds, des rubans, des galons de toute sorte, … tout ce que pouvait mettre sur un soutien gorge pour le décorer. Vous trouverez également des baleines verticales, que l’on met sur le coté, sous l’aisselle, pour les poitrines les plus « lourdes », ou des coques en mousse pour les poitrines les plus menues pour un effet push-up. Il y a tout un tas d’attaches (pour attacher le soutien-gorge devant, ou des rubans d’attaches, pour choisir vous même la largeur de cette dernière) et des petits trucs sympa (des armatures en V qui permettent de faire un soutien-gorge « ouvert » et très pigeonnant par exemple). A vous de fouiller et de vous inspirer de toute la lingerie qui vous entoure ;).

Pour les plus radines, vous pouvez récupérer l’essentiel de ces pièces sur d’anciens soutien-gorges ou nuisettes qui ne vont plus/que vous ne portez plus. Pensez simplement à vérifier que les élastiques, si vous voulez les récupérer, soient encore de bonne qualité.

screenshot_2016-10-31-20-56-42-1
Commande English Couture Company

4. Où se fournir ? 

Pour ma part, j’ai privilégié les boutiques où l’on pouvait trouver tout au même endroit, afin de ne pas raquer en frais de port inutiles. Voici celles que j’ai testées :

  • Alysse créations (seule boutique française où j’ai trouvé presque tout) : on y trouve du très basique pour des tailles « standards » (au delà du 100C, passez votre chemin pour les armatures). J’y ai testé les élastiques, la gaine à armature (la meilleure que j’ai pu utiliser pour l’instant) les anneaux et les attaches de dos. Les élastiques sont de bonne qualité mais les attaches sont plutôt bof par rapport à ce que j’ai pu trouver ailleurs, on sent la colle sur les bords. Les prix sont très raisonnable, ça peut être pas mal pour se ravitailler rapidement en quincaillerie. Le tout est livré en format lettre, 3€50 les FDP, c’est sympa.
  • B wear : c’est un site suédois qui livre partout (une petite semaine ouvrée pour la France), dispo en suédois et en anglais. Je le trouve très pratique de navigation et bien organisé. On y trouve tout. Mais vraiment tout. Tissu extensible ou non, dentelle, lycra, élastiques, anneaux, gaine … Bref, tout y est, y compris le powernet, a un prix raisonnable (que je n’arrive pas à trouver en France). J’y ai testé un peu tout et je n’ai rien à y redire, tout est de bonne facture. Le petit plus c’est qu’on y trouve plein de couleurs et de choix, les armatures sont de bonne qualité, et on peut acheter à partir de 10 cm. Les FDP sont tout de même un peu élevé, environ 10€ sans suivi en format lettre.
  • English couture company : c’est un site anglais, qui livre également partout a priori (moins de 4 jours dans mon cas). Pour le coup, je le trouve affreux niveau navigation, mal fichu, il faut beaucoup fouiller pour trouver, MAIS il y  a beaucoup beaucoup de choses à des prix très chouettes. Les FDP sont plus raisonnables, environ 5€ sans suivi en format lettre. Je pense que c’est le moins onéreux du lot niveau élastique et dentelle. On peut également y commander à partir de 10 cm. Attention, les prix sont en £.
  • Sur a little mercerie, j’ai trouvé une boutique, mercerie-et-cie, qui vend notamment les armatures de soutien-gorge de 17,2 à 35 cm, ce qui est juste top car ça représente un grand pannel de taille et qu’on peut comparer en mesurant sans essayer de deviner avec les pseudos tailles françaises. 1,35€ la paire à partir de 5 paires, c’est le moins cher que j’ai pu trouvé en France avec autant de tailles avec envoi en format lettre. Petit bémol, elles sont de moins bonne qualité que celles que j’ai acheté chez B wear (1€50 la paire, mais avec 10 € de FDP). Plus souple, elles se tordent plus facilement. Je ne les recommanderai pas aux grosses poitrines car le poids pourrait les tordre rapidement.
  • Sur etsy, j’ai testé une boutique coréenne, Making plus, pour du tulle extensible dans un sens (dit hexagonal sur sa boutique) qui me servira de doublure pour les soutien-gorge que je prévois de faire tout en dentelle. On y trouve pas mal de couleurs, à moins de 3€ (90×150 cm), ça vaut le coup. 5€ de FDP et c’est arrivé en moins de 4 jours, sans douane. On y trouve aussi de jolies dentelles, mais je n’ai pas testé.

Et c’est tout ! Mais rien qu’avec celles-ci, j’ai déjà pas mal de fournitures. C’est vrai que ça a un coût certain car on prend beaucoup de choses différentes, mais au final, cela permet de faire plusieurs soutien-gorge, et au prix de revient, on est forcément gagnant. Personnellement, chacun de mes tests m’ait revenu à moins de 7€ pièce lorsqu’on fait les comptes. On ne peut plus rentable !

J’ai repéré une autre boutique sur A little mercerie, pour de la dentelle fabriquée en France (dentelle de Calais a priori), très belle, mais plus chère, chez Petits plaisirs. On y trouve aussi des fournitures « standards », un peu plus cher que chez les autres.

On trouve également quelques fournitures (jamais tout) et tissus chez Rascol ou Ma petite mercerie. Il y  a parfois du lycra chez Bennytex, les coupons de saint pierre ou encore Buttinette. L’idéal étant de privilégier les boutiques qui vendent dès 10 cm pour acheter juste le métrage voulu (3 m de lycra noir, c’est un peu redondant) sans se ruiner.

screenshot_2016-10-31-20-56-10-1
Future version ❤

5. Et ensuite, on commence par quoi ? 

Ce que je vais vous indiquer est simplement ma propre expérience, à vous de voir si ça vous conviendra. J’ai procédé ainsi :

  • Déterminer sa taille d’armature. Si vous n’avez pas de soucis avec vos soutien-gorge du commerce (pas de blessure, pas de baleine qui rentre dans le sein, pas de pont qui se balade entre les deux seins, …), vous pouvez simplement mesuré l’armature de votre soutien-gorge chouchou. En revanche, si votre soutien-gorge vous fait mal, c’est qu’il n’est pas bien taillé, il faut mesurer sur vous ! Pour cela, une règle souple (de ce type) fait amplement l’affaire. On place le bout de la règle de manière à ce que le début de la règle corresponde à l’endroit où vous appréciez la hauteur du pont (la pièce entre les deux seins) et vous englobez le sein avec la règle jusqu’à sa « naissance ». Attention, pour certaines femmes, comme moi, le sein naît très proche de l’aisselle, car le sein est tout simplement large, sans forcément être profond. Une fois la mesure prise, il suffit de comparer avec le PDF que je citais plus haut. Si vous hésitez entre deux, essayez les deux.
  • Déterminer sa taille de soutien-gorge, noter les correspondances possibles et avoir les mesures nécessaires en cm et en pouces. Pour cela, encore une fois, on mesure et on compare. Ce PDF explique très bien la marche à suivre (c’est en anglais, mais les mesures parlent d’elles-mêmes). Je vous redirige volontairement vers des mesures anglo-saxonnes car elles sont bien plus claires et simples que les tailles françaises à mon goût (je n’ai, de toute façon, pas trouver de patron français qui utiliseraient des données françaises avec un panel de tailles intéressant pour toutes). Par exemple, dans les mesures strictes, je fais un 46 C. Mais je peux aussi faire un 48B, un 44D, un 42 DD (ou E chez nous), un 40 DDD (ou F chez nous), …. La seule chose qu’il me faudra changer, c’est la pièce du dos, en l’allongeant ou la raccourcissant de quelques cms. L’important est de comprendre qu’une taille peut correspondre à une ligne spécifique de tailles qui utilisent TOUTES la même longueur d’armature (donc la même largeur de bonnet). C’est pourquoi il est très important de déterminer d’abord quelle armature est faite pour vous afin de pouvoir vous lancer sans perdre de temps avec ce détail une fois face au patron.

A ce stade, vous avez fait le plus dur.

Il ne vous reste plus qu’à choisir un modèle de soutien gorge. Si un modèle n’a pas votre tour de poitrine, mais qu’une flopée de tailles de bonnet est disponible, comme le marlborough bra, vous pourrez tout de même vous coudre ce soutien-gorge à votre taille, après quelques tests, grâce à la correspondance des tailles.

Gardez à l’esprit que, même si votre mesure se trouve dans le patron, il est fort à parier que le premier soutien-gorge que vous vous ferez demandera des adaptations pour parfaire le prochain (un pont plus étroit ou plus large, un bonnet un peu moins profond, une aisselle qui baille, …). Dans mon cas, il m’aura fallu 3 versions tests pour y arriver. La troisième étant presque parfaite. Ce sera donc ma quatrième version qui devrait être la bonne. 😉

Voilà, ce premier billet s’achève là, car il est déjà bien long. Je pense avoir mis l’essentiel des informations qu’on peut chercher lorsqu’on veut débuter. Si jamais vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à mes les poser, j’y répondrai autant que possible 😉

Dans le prochain billet lingerie, on parlera de ma première version du marlborough bra et des ajustements que j’ai pu y faire pour réussir à obtenir une taille qui s’approche de la mienne 🙂

A bientôt !

img_20161025_174333

Publicités

La menteuse

Je n’arrête pas de dire que je n’ai rien à, ou que je ne peux rien, vous montrer en ce moment, mais c’est on ne peut plus faux !

J’ai la flemme.
La flemme de prendre des photos car je n’ai plus de « mur » dédié à mes photos portées (vis ma vie de blogueuse, yep). J’ai récemment entièrement refait mon salon, et mon espace de travail + celui du nhomme ont pris le tout dernier bout de mur plus ou moins blanc que j’utilisais. Et dans la chambre, même topo, y ‘a le vélo d’appartement qui squatte (oui le panda transpire depuis quelques temps) le seul mur « utilisable et un peu clair », donc faut tout déplacer. Et, c’est bien connu, les pandas sont feignants !

Et puis même comme ça, les photos sont pas terribles … Et j’ai beaucoup de mal à avoir mon Nhomme-photographe disponible, rien que pour mes tricots, alors pour la couture …

Car des choses à vous montrer, j’en ai, niveau couture.

Je ne couds plus beaucoup, essentiellement par manque de temps. J’ai tellement bien organisé mon temps de travail que je ne fais plus que ça. Alors, de temps en temps, le week end, je m’autorise des heures coutures pour décompresser et me faire plaisir. Aujourd’hui, je vous montre trois week end couture + un teasing tricot !

Le première modèle, une petite robe de fin d’hiver :

IMG_0971

Mix robe Plantain/influence Lisette de Lilicommetout

T. ?? (la plus haute mais remaniée sous poitrine)

jersey de coton épais, marron glacé, qui-a-un-nom-mais-je-m’rappelle-plus, 5€ le m, Myrtilles Angers

Alors pour ce modèle, je suis (encore) parti du Plantain, de Deer & Doe. Du moins pour le haut. Je ne sais plus très bien ce que j’ai fait …. ça date de février au moins … Bref, j’ai trouvé la bonne élasticité de tissu, les bonnes mesures, tout le gras rentre, ça ne serre pas et c’est agréable à porter. Le jersey est un poil épais pour faire de jolis plis, mais j’étais contente d’avoir quelque chose qui ne m’écrase pas la poitrine (cf. la petite robe rouge et noire de Noël). 

IMG_0931

Pour cette fois, j’avais envie de souligner un peu ce marron tristounet avec l’un de mes jolis biais liberty (ça coute un bras, mais c’est beau !). Je me suis dit, qu’après tout, si je les gardais toujours planqué, attendant LE modèle miracle, ben je ne les verrai pas beaucoup !

Donc petit biais à roses roses vertes et jolis branchages fleuris. Un gros coup de coeur biais-esque <3.

Robe suivante, ou plutôt tunique, qui date début avril :

IMG_0945

Basilic, de Christelle Coud

T.48 jusqu’à la poitrine, 46 sous poitrine

Coton fluide légèrement élastiqué algérien, offert par B-M, d’un bleu canard que-j’aime-d’amour-mais-impossible-à-prendre-en-photo,

L’un de mes patrons préférés, si ce n’est mon préféré, est de retour, Basilic, pour les intimes. L’un des rares patrons que je refais sans bouder, tellement j’aime être dedans. Bon j’ai pas tout bien capté ce jour là, j’ai coupé un 48 non modifié, et je me suis retrouvé avec une jupe 46 … Je soupçonne l’idiote de panda d’avoir fait cerveau à part la dernière fois que je l’ai cousu et d’avoir modifié le patron sans me le dire. J’ai dû faire des raccords à la sauvage, ni vu ni connu, mais je rentre dedans, c’est l’essentiel ! Ca m’a permis de découvrir que, la coupe qui met vraiment mon buste en valeur, c’est la « taille empire ». Donc cintré sous-poitrine, plutôt qu’au niveau de la taille (quasi inexistante, merci corps en H), on évite l’effet saucisson. Encore une fois, j’ai craqué pour la version mancheron, le détail qui cache le gras du bras sans alourdir.

IMG_0922

Et comme on a qu’une vie, j’ai « sacrifié » un autre biais liberty, à petites fleurs bleues trop choupinet (je ne sais pas si c’est réellement du liberty, je les paie cher, ça c’est sûr, ils sont nommés ainsi dans le magasin, mais après, tout ce qui a des fleurs est nommé à tort et à travers liberty donc …).
Oui, z’avez bien lu, je porte et j’AIME du bleu. Mais canard hein ! Attention.

IMG_0927

Evidemment, les poches ont reçu leur petit passepoil maison.

Niveau tissu, il s’est lui aussi mis à bouloché, mais ne bouge plus depuis, comme les autres que j’ai coupé. Et lui aussi a rapetissé après les deux premiers lavages (comme les autres ! Pourtant je prélave tous mes tissus …). Mais ça reste assez long pour cacher le popotin.

Et enfin, la dernière robette, qui est en fait une toile dans un coupon trop court, donc tunique d’essai faite ce week end :

IMG_0952

Modèle ultra modifié de la robe 413, Burda + A-H 2014

T. … mélange de 3 tailles (48>52)

Crêpe de coton (je crois), jaune paille, 140×120, chippé à 2.50€ à Myrtilles

Ce qui est intéressant avec Burda, c’est que je zyeute toujours des modèles qui ne m’iront pas, c-àd, cintré à la taille. D’ailleurs, le modèle en lui même a un gros potentiel mamie sur le papier.

Le haut se travaille comme un bustier empire. 4 parties devant, 4 parties dans le dos, un grand col châle avec fronces poitrines devant, et un zip invisible et fronces dans le dos. Le bustier descendait bien trop bas pour moi. J’étais bonne pour l’aspect saucisson d’office. Donc j’ai raccourci les 4 parties (je les ai pas toujours cousues correctement les unes avec les autres d’ailleurs … HUM) de manière à ce que le passepoil arrive bien sous ma poitrine (ça fait quand même 15 bon cm en moins …) et j’ai coupé l’empiècement en V inversé d’une seule pièce, pour éviter de souligner des formes que j’aimerai oublier. Bref, tout ça pour obtenir une taille empire à ma taille.

IMG_0932

Je n’ai absolument rien compris aux explications du col châle. Du moins le début ça allait, mais ils m’ont perdu à la ligne de couture au repère transversal du devant inférieur et de la parementure … Gné ? J’ai fait à ma sauce, je pense que j’ai capté la technique, mais le dieu du vocabulaire burdaesque n’était pas avec moi ce jour là. Séparément, j’ai compris les mots, mais tous ensemble, Gné quoi !

IMG_0933

La à aussi, j’ai sorti l’un de mes jolis biais planqués gardés précieusement. Je ne sais pas ce que c’est, un croquet ? Ce n’est pas vraiment du biais, il n’a que deux faces et se pose en « pince ». Bref, l’est joli, c’est tout ce qui compte. J’avais un peu peur de l’effet chemise de nuit, mais ça va à peu prés.

J’ai un poil foiré mes fronces de poitrine, l’un des cotés à une partie non froncée … mais chuuut on a rien vu !

IMG_0934

Mis à part le zip que j’ai eu la flemme de recouvrir de biais (donc ça fait pas propre), je trouve l’encolure plutôt propre, et le col tombe très bien (je ne l’ai pas entoilé d’ailleurs => gare à l’effet col claudine rigide et moche).

IMG_0935

D’ailleurs, ce zip, dont j’étais particulièrement fière, car le seul truc mal fait est la jonction couture/zip … est inutile, je peux l’enfiler sans … Ce n’est pas le but, me direz-vous. J’en ai conclu que je l’ai taillé trop grande, comme d’hab :p. Il faudra compter une taille en-dessous pour la prochaine.

J’ai supprimé les manches ballons, gros potentiel jambonneaux du bras, au-secours.

Bref, elle me plait bien, bien que le tissu manque de souplesse, elle fait un peu raide au tombé, mais ça reste une toile portable.

Et je suis à jour dans mes cousettes, yeah !

En réalité, j’ai cousu plein de petites choses, essentiellement des toiles, ratées, donc pas forcément intéressantes, si ce n’est qu’elles m’en ont appris pas mal sur ma morphologie.

Le panda n’oublie pas ce qu’il a dit au début de cet article, j’ai un petit teasing tricot pour vous. Vous ne pourrez quasiment rien deviné, sauf si vous êtes testeuses de l’un de ces modèles, évidemment … Qui d’ailleurs n’ont eu que des photos moches de tout ceci (et je n’ai toujours rien pris en photo depuis).

Voici ce qui m’occupe depuis fin mars environ :

IMG_0973

Et oui, ce sont mes prototypes du moment. Aucun n’est sorti, ils sont presque tous en court de test.  Vous pouvez y voir 3 modèles été, 2 hiver. Oui je prends de l’avance ^^.

Il y en a encore 3 à venir d’ici juin, donc, voyez, je travaille pas mal et c’est assez frustrant de ne rien vous montrer, surtout quand ça fait déjà quelques mois que c’est prêt !

Sans compter que je bosse sur un nouvel espace boutique … ALM, ce sera bientôt fini ! Mais comme je suis nulle, ben ça n’avance vraiment pas vite !

Bref, voilà un looooong post de terminé, je ne sais pas quand j’aurai un nouveau petit truc à vous montrer, j’ai plein d’envies coutures, mais peu de temps, j’ai plein de prototypes, mais rien n’est fini d’être testé …

Je trouverai bien 😉

Des cerises sous la pluie …

Un peu de couture aujourd’hui 🙂

Il y a quelques temps, j’avais cousu un imperméable pour la Dame. J’avais eu un gros coup de coeur pour le modèle et la qualité du tissu. Je m’étais dit qu’il serait bien pratique de m’en coudre un pour les balades du pikachu Pixel.

Le beau temps étant revenu, il fait bien trop chaud pour rester emmitoufler dans mon gros manteau d’hiver. A force de transpirer dedans, je ne sais pas pourquoi, mais j’ai trouvé la motivation de m’y mettre !

Pour cette fois, j’ai choisi de faire la version du modèle avec poches et col à coulisses.

IMG_0641

Tissu imperméable doublé vert forêt, Myrtilles, 5.95€ le m

zip à doubles sens beige, biais à cerises jaunes

Modèles 23-26, Tendances couture n°12, taille 46/48

Bon sur celui-là, j’ai dû bidouiller deux, trois petites choses. Notamment le zip. Sur l’original, il en faut un de 60 cm, j’avais 50 ou 70 … et la grande flemme de retourner à Myrtilles pour un acheter un autre. J’ai fini par choisir le 70 en grugeant les marges de couture sur le revers du bas et en raccourcissant le zip à la sauvage. Cependant, en grosse cruche, je n’avais pas capté que c’était une fermeture à double sens. Donc, quand j’ai raccourcis les petits bouts de métal qui servent à enclencher le zip, j’ai aussi supprimer « l’arrêt » … Voilà voilà. Donc il vaut mieux que je l’enfile sans le défaire entièrement pour m’éviter des galères …

IMG_0642

Pour cette fois, je n’ai pas eu à ajouter un pli creux dans le dos.  J’ai mis la petite patte dans le dos, histoire de. Apparemment, le patron est bon en 46/48. Finalement j’ai bien jugé l’aisance du modèle car je passe dedans sans problème.

IMG_0651

Là où j’ai passé pas mal de temps, ce sont les fameuses poches à coulisses. Il faut mettre du biais pour créer la coulisse, froncer les angles, poser la poche à l’aveugle et tout ça en symétrie… Bref, ça m’a pris 3 h, mais je suis ravie du résultat ! Je n’avais pas du tout prévu de mettre du biais pour nouer les poches, mais j’ai bêtement acheté 2 m de cordon au lieu de 5 … Donc système D. Au final, ça lui donne une petite touche printanière, ça tombe plutôt bien huhu.

IMG_0646

IMG_0637

IMG_0645

Et je me suis super bien appliquée pour l’intérieur, tant au niveau de la coulisse de la taille que des parementures des devants (encore une fois, trop longues, y’a un défaut de patron), pas un fil ne dépasse à ce niveau là ! Je ne suis pas peu fière :p

IMG_0640

Quant au col, ça a été du bidouillage intensif au niveau du cordon. Il y a un bout de cordelette et chaque extrémité à un petit bout de biais similaire à ce que j’ai bidouillé pour les poches, car il ne me restait pas assez de l’un ou de l’autre pour le faire normalement. Sans compter qu’il a fallu que je couds le biais au col pour éviter que ça finisse par rester coincé à l’intérieur. En gros, ce col est un beau FAKE mais l’illusion est là, héhé.

IMG_0639

Bref, je suis ravie de ma cousette, il ne me reste plus qu’à le porter ! Je le referai sans doute un jour, mais j’espère tomber sur une autre couleur de la même qualité de tissu. Le vert me va très bien au teint, mais une couleur plus gaie, ce serait pas mal non plus, ou alors un petit imprimé fleurie bien kitsch  😉

Maintenant il faut que je trouve la motivation de me coudre un beau manteau de mi-saison dans un léger velours noir… avec un patron en polonais … Ouais, là j’ai plus de mal à me motiver, le col me fait affreusement peur !

Ah, puis, je me suis acheté le dernier Burda plus, punaise, je vais faire au moins la moitié du magazine ! Allez, jusqu’à cet été, il faut vider le stock de tissus, on y croit ! 😀

Kitschittude totale

Hé hé, z’avez vu, chui reviendue !

On applaudit l’exploit siouplé :p

Et même qu’on va parler couture. Bon ça date un peu par contre … de plus d’un mois. Faut dire que la dernière fois que j’ai touché ma màc, c’était mi- janvier, et j’ai fait deux rideaux … la loose donc.

En novembre et décembre, je me suis amusée à décliner le Plantain en tuniques et robes. Mais y’avait toujours un hic, trop serré à la poitrine, trop court, trop léger, sans manches … Bref, je testais des choses avec des coupons de tissus dont je ne savais pas quoi faire.

Pour le réveillon de noël et celui du jour de l’an, j’avais envie de porter un truc neuf. Bah ouais, je passe mes journées dans de vieux trucs à tricoter sous une couverture, donc pas besoin de se mettre sur son 31 pour ça.

(en vrai, je passe plus de temps assise à mon bureau à éditer en ce moment, sans couverture !). 

Du coup, la veille de Noël, je me suis cousu une robe à partir du plantain, pour changer un peu (ah ah). Un massacre … Ma machine n’a pas du tout apprécié de coudre du jersey fin sans aiguille digne de ce nom (et sans nettoyage préalable non plus). Sans compter les problèmes de tension dès que je lui donne du jersey à manger … Une cata … J’ai eu le temps de faire une encolure propre en cassant les 3 pauvres aiguilles fines (et abîmées) qu’il me restait et j’ai obtenu un truc mettable mais qu’il ne faut surtout pas regarder de trop près, surtout niveau coutures des manches. Ce qui est fort dommage, car je m’étais amusé à faire une jupe (dans un coton fluide) asymétrique, longue derrière et un peu plus haute devant.

Une petite photo digne du musée des horreurs (car on ne réussit pas toujours ce qu’on coud …). Froissée oui, parce que je ne l’ai pas ressortie de l’armoire depuis, il fait bien trop froid. Ce sera potable pour le printemps. Malgré tout je l’aime bien car on est à l’aise dedans (elle est trop grande, ouais …).

IMG_0585

L’encolure plutôt bien gérée entre 3 aiguilles qui cassent … 
IMG_0589

Puis la cata (oui une horreur je sais) :

IMG_0586

Je ne l’ai porté qu’une fois et je le jersey s’abîme déjà. A ne pas reprendre donc. Je vais la porter histoire de l’user puis je récupérerais le coton.

Et comme j’avais honte d’avoir fait quelque chose de si … imparfait, j’ai remis le couvert le 31 (ouais pas la veille, le jour même !).

Et cette fois je suis parti sur un coupon de laine, je bavais dessus en secret depuis plus d’un an, et là, coup de folie, j’ai coupé dedans, advienne que pourra !

Et là, on entre dans la kitschittude absolue. Pour ma défense, à ce moment là, je regardais la série Outlander (avec des écossais musclés et beaux dedans, j’attends la suite … du coup je me suis mise à lire les bouquins, vous vous rendez compte ? Le panda qui trouve le temps de lire, fait rare), bon bah voilà, du coup, on sort le tissu tartan, ou du moins ce qui y ressemble le plus dans son armoire à coupons.

En même temps (j’ai l’impression d’écrire un patron de tricot là), j’avais commencé ma Lisette (boulet 3ème du nom).

Ha ba y’a eu un mix des deux et PAF :

IMG_0583

Une robe plantain/lisette, avec les plis et tout, et regardez mes raccords ! Chui fière ouais, je me suis appliquée sur celle-ci :

IMG_0575

J’ai fait du mieux possible sur les cotés de la jupe, mais ça passe.

IMG_0577

J’ai même pris le temps de poser une fermeture, yep. Parce que, voyez-vous, Plaintain est prévu pour être élastique, mais là mon lainage ne l’est pas du tout. J’ai agrandi du coup (mais ça reste un poil juste). Et cette fichue FE m’a génée toute la soirée … les deux morceaux qui restent séparés se trouvent sous l’aisselle et c’est bien gênant car épais. Morale de l’histoire, une FE oui, mais insérée entre deux coutures, pas ouverte. Quand j’aurai le temps, je la déplacerais.

IMG_0578J’ai même mis la p’tite ‘tiquette et tout :

IMG_0571

Bref, malgré l’erreur de la FE, je suis bien contente de ce croisement de modèles, je le referais probablement en version printemps et été. Les plis sont vraiment sympa pour mettre de l’emphase sur une taille inexistante. Ça fait très baby doll sur moi, j’adore :p.

Avec un col claudine ce serait l’apothéose du kitsch … ah ah :p

Coup de ♥

Oulala, voilà des jours, pour ne pas dire des semaines, que ces photos sont prises …

Comment faites-vous les filles pour publier régulièrement ? 

Alors, aujourd’hui je vous parle d’un véritable coup de coeur couturesque qui date du mois d’octobre. Un patron que j’adore, mais beaucoup beaucoup, beauuuuuucoup.

La première fois que j’en ai entendu parler, c’est grâce à Sophie. On discutait de patrons et hop elle m’a envoyé un lien pour me demander si ce n’était pas ça, par hasard, que je cherchais à faire. Quelques jours plus tard, elle montrait sa version sur son blog, et voilà, c’en était fini de moi, il me le fallait !

Après quelques soucis paypalesques, la créatrice m’a finalement envoyé le patron (avec mon petit nom dessus ! J’aurai dû m’enregistrer sous le nom « le plus beau des pandas », pas vrai ?) et j’ai attaqué direct !

Ce patron c’est Basilic.

Une robe ou tunique ample comme je les aime.

En vérifiant le tableau des tailles, j’ai choisi, en bougonnant un peu, la plus grande, taillé la version robe avec mancherons et j’ai obtenu … un méga sac à patates qui m’arrivait mi-mollet.

Ça n’allait pas du tout, du tout, du tout. Sans compter que du haut de mon 1m60, aie aie aie …

J’ai tout coupé à mi-cuisse et j’ai obtenu une super tunique mal repassée !

IMG_0061

Basilic T.52. , version tunique
Coton parme offert par ma Belle-maman

Alors … J’ai choisi un des jolis cotons que mon chéri m’a ramené d’Algérie en juillet. Et j’adore ce tissu ! Il est souple, facile à coudre, doux, un poil élastique, la couleur ne bouge pas. En revanche, il rétrécit au lavage … Mais du genre beaucoup. Belle-Maman m’avait pris des coupons de 2m, et je me suis retrouvée avec 1m80 … la loose. Le problème c’est qu’il rétrécit encore, en longueur, bien que je ne lave pas au-dessus de 30°. Du coup, la tunique est encore plus courte qu’avant. Autre petit souci, le tissu bouloche à mort par frottement (à l’emplacement du sac à main par exemple, de l’emplacement du gilet, etc). Est-ce dû au fait que je porte cette version au moins une fois par semaine ? Plus que probable. Je la porte encore ces jours-ci, en mode « superposition »qui se froisse d’un rien, on est si bien dedans.

Bref, la couleur étant déjà bien flash à mon goût, j’ai préféré la jouer soft niveau parementure. Blanc, simple et efficace.

IMG_0059

Je me suis amusée à mettre du passepoil maison, du même biais que l’encolure, pour faire ressortir les poches. Oui, tant qu’à s’amuser hein, je colle du passepoil dès que je le peux  (ça sent la nana frustrée qui a fait tellement de pantacourts identiques qu’elle avait besoin de fantaisie).

IMG_0060

Et puis, je n’ai pas pu m’empêcher le petit détail que moi seule vois, l’intérieur des poches :

IMG_0062

Bon, sur le coup, j’étais un peu déçue, parce que je voulais une robe moi ! J’ai remis ça fissa, dans la foulée, j’ai sorti le même coupon de coton mais marron. Et là, je me suis rendue compte que la créatrice de Basilic était en fait l’auteur de mon fameux bouquin Casual Wear (ma référence patron pour les hommes). Et j’ai toujours dit que ces modèles taillaient grands. Et bien, c’est vrai aussi pour celui-ci 🙂

Oui je sais, j’assure pas, j’aurai dû m’en rendre compte plus tôt que c’était la même personne … 

Vu le potentiel sacàpatatesque, j’ai taillé 2 tailles en-dessous. Puis j’ai ajouté des pinces à la poitrine, car je trouvais ça toujours trop large (note pour moi-même, faire du 46 pour la prochaine). Et ma version robe est née :

IMG_0048

Basilic, T.48
Coton chocolat, offert par Belle-Maman –
biais blanc à petits coeurs jaune, Myrtilles Angers

Cette fois, j’ai voulu le biais d’encolure apparent. Et j’ai réitéré le coup du passepoil aux poches.

Je suis incorrigible, je sais, mais que voulez-vous, il y a des petits coeurs ! 

IMG_0052

IMG_0053

Je l’ai porté jusqu’à la mi-octobre. Elle a une légère tendance mémérisante dès qu’on porte un legging ou un collant avec. Néanmoins, pour l’été elle sera parfaite. Portée, ça donne ça (avec tout plein de plis et de dos) :

IMG_0203

Finalement, je préfère la version tunique, un poil moins large et elle sera parfaite. Je la referai sans hésiter, j’hésite juste sur la couleur.

IMG_0065

En ce qui concerne le patron, mis à part le fait qu’il taille grand, il est vraiment de qualité. Le patron s’assemble tout seul, il se coupe tout seul, il se coud tout seul, ET il se customise facilement. Sans compter qu’il y a un petit pas-à-pas photos de la construction de la robe pour les plus débutantes, c’est plus que complet. Vraiment parfait, il vaut chaque petit neuro qu’on met dedans.

La seule chose qu’il manque à cette robe, c’est un bon petit gilet de coton pour les soirées fraîches d’été, mais ça, je pense que c’est tout à fait de mon ressort, croyez pas ? 😉

Octobre rose

Bonjour tout le monde !

Alors, comme je vous en avais parlé à la fin du mois de septembre, j’avais envie d’organiser un petit défi pour « célébrer » Octobre rose dans notre petit monde couturescotricotesque.

Le but : que chacune crée quelque chose de rose et vienne nous le montrer ici le 31 octobre. Alors avons-nous recouvert la blogosphère de rose en souvenir de Graindepeaulaine, l’initiatrice de ce petit défi l’an passé ? 

En ce qui me concerne, j’ai rempli ma part du marché 🙂

IMG_0326

IMG_0327 IMG_0329

Un sac à laine nomade, selon le tuto de Sakiko Jones. Il était vraiment temps que je m’en fasses un autre, vite fait bien fait. On ne peut pas faire plus rose 😉

J’ai dû bidouiller un peu les mesures pour que ça passe avec ce que j’avais comme tissu et en même temps avoir une taille plus grande pour que mon prototype du moment (qui aurait dû être mon projet octobre rose, mais bien trop ambitieux pour les délais) entre dedans.

IMG_0332

Il est donc totalement raccord avec mon projet … et … totalement raccord avec le plaid polaire doublé récemment.

Je l’ai taillé dans des chutes de tissus qui n’attendaient que leur heure. C’est pratique, ça débarrasse et ça fait un accessoire qui illumine mon coin tricot. Il n’en manque plus que 2, pour combler les crochets que le Nhomme m’a fixé au mur.

IMG_0335

Et donc, ça faisait longtemps qu’il n’y en avait pas eu une sur ce blog, voici une jolie mosaïque de tous nos projets (n’hésitez pas à me le signaler si votre projet n’est pas dedans, laissez moi un lien en commentaire et je l’ajouterai) :

Merci à toutes celles qui m’ont envoyé une photo par mail pour remplir cette mosaïque, je n’ai pas pu vous répondre, je suis débordée, mais j’étais très contente de les recevoir <3.

Tir groupé pour ces messieurs !

Je continue mon récap couture … En vous parlant du truc le plus chiant de l’été : les pantacourts. J’ai dû en faire 5 !

Aaaaaah … 

2 pour l’Énervement Fraternel

2 pour le Papa du panda

1 pour le Nhomme (parce que j’avais pas envie d’en faire deux :p)

Pour ça, j’ai ressorti mon livre fétiche pour les modèles masculins, Casual Wear. Mais j’ai pas bien réfléchi quand j’ai fait le premier, taille 36, pour le frangin. J’ai zappé que ça taillait grand. Pour le coup, le tout premier était bien trop grand pour lui. J’aurai dû le savoir quand j’ai vu que le Nhomme le remplissait parfaitement (taille 38).

Donc quand j’ai finalement eu le frère et le père sous la main, j’ai pris des mesures. Le frangin est tout de même parti avec celui que j’avais fait (alors que je lui ai proposé de lui refaire un à sa taille, mais nan … allez comprendre).

Pour le coup, je n’ai pas de photo de celui-ci, mais j’ai une copie quasi conforme, car le Nhomme voulait le même sans les poches sur le coté.

pizap.com14144055904603

Taille 36 avec marges de couture (équivalent T38)

1m40 de coton bleu, Myrtilles

Puis j’ai relu les mesures, et j’ai adapté à la taille de mon frère. Cette fois j’ai taillé un 36 sans marge de couture. Gros dilemme pour adapter certaines pièces qui changeaient de formes si on rapetissait trop … Mais je pense m’en être pas trop mal sorti. D’après ce que je sais, il lui va.

pizap.com14144056918825

Taille 36 sans marges de couture (équivalent T36)

1m40 coton beige, Myrtilles

Puis j’ai re-repris les mesures, celles de mon père, je me suis recassée la tête pour retailler les pièces pour convenir à du 34, et là j’ai cru coudre pour un petit enfant tellement le résultat était petit. J’en ai fait deux, un gris en 100% coton surpiqué noir et un noir en coton élasthanné (dont je n’ai pas la photo). D’ailleurs le tissu gris est une pure merveille, malheureusement je n’en ai pas retrouvé depuis.

pizap.com14144056423334

Je vous vois venir, mon père n’est pas bien gros. Ouais. Mais, pour autant, il ne rentre pas dedans ! Et j’en ai fait deux … TROP PETITS !! J’ai ragé intérieurement, j’avoue, car j’ai passé pas mal de temps dessus. J’ai appris qu’il rentrait dans le 36 modifié sans souci. Ce qui est assez bizarre car il a toujours été plus fin que mon frère. Donc soit y’en a un qui a grossi, soit y’en a un qui a maigri hein ! Bref, j’ai racheté du tissu pour pouvoir en faire deux nouveaux (un jour, quand j’aurai envie de retailler 3 pantacourts dans la foulée). Quant à ces deux-là, je vais tenter de les agrandir sur le côté avec les chutes et de les féminiser, car la Dame rentre presque dedans (excepté les hanches, mais c’est logique chez une femme vous me direz).

Quoi qu’il en soit, ce fut un bon entraînement à la pose de zip avec sous-pont et tout le toutim, je maîtrise maintenant.

Le patron est limpide, les schémas explicatifs très pratiques pour saisir l’information quand c’est la première fois qu’on se lance là-dedans, le vêtement final tombe bien, et c’est customizable à souhait (même si, là, manifestement, la seule fantaisie qu’on m’ait autorisé, c’est une surpiqûre contrastante … ). Donc un bon basique, faisable en 3h une fois qu’on le maîtrise, je recommande :).

Et je termine avec une Meltemi, je vous avais dit que j’en referai une autre 😉 .

Pour cette fois, j’ai adapté toutes les longueurs (buste, manches) et là elle est parfaite ! D’ailleurs, depuis, le patron a été revu et corrigé avec l’ajout de repères pour assembler le patron (mais bon, je ne l’ai pas réimprimé, radine de papier je suis).

DSCN4189

DSCN4191

Taille 38 avec marges de couture

Même tissu que la précédente en colori beige

Ce tissu est très agréable à travailler. Souple, un poil épais, il a un joli tombé, et il se coud super bien ! J’ai fait les finitions avec un biais beige clair souple et non élastique, provenant d’Algérie, c’est impeccable.

DSCN4194

DSCN4190

J’aime beaucoup les boutons effet marbre, ça « colore » légèrement la chemise sans trop en faire.

DSCN4192

Je dois toujours en faire une pour le Nhomme … et ce sera en taille 40 pour lui, car le patron taille juste, pas de modifs de ce coté là. Mais je ne sais pas trop quand car l’homme la veut cintrée (alors que le modèle ne s’y prête pas) et il veut pas la bande pour remonter les manches (donc il faut faire d’autres manches.

Oui, vous en arrivez à la même conclusion que moi, il veut un autre modèle de chemise hein …

Tir groupé pour ces dames !

Olala, je suis vraiment en retard … C’est la faute à Instagram ça, j’ai l’impression d’avoir déjà tout montré alors que ce n’est pas le cas. Je l’aime bien pourtant mon petit blog, mais je dois avouer qu’une photo IG ça va tellement plus vite que de faire un article.

Ouh la feignanteuh ! 

Du coup, j’ai décidé de vous montrer tout ce que j’ai cousu, sans vous le montrer, depuis … Août ! Mais en trois billets … Je suis pas folle à ce point là quand même !

Alors, durant l’été, j’ai vu plusieurs couturières s’attaquer au patron Aime comme Miss, de Aime comme Marie. J’avoue avoir été attirée par le petit prix, la simplicité du patron (qui permettait de l’adapter à ma morphologie alors qu’il n’y avait pas ma taille). Le but étant de découvrir la marque et de tester la qualité du patronage. J’ai acheté un sublime tissu fleuri pour le faire, mais j’ai eu un doute au niveau des modifications à apporter, du coup, j’ai taillé dans des chutes.

Le premier que j’ai fait a été taillé dans les chutes de cette chemise. Par feignantise, j’oublie la doublure et je fais une parementure en biais. Je décide d’élargir en largeur partout, tant au niveau de la poitrine qu’au niveau des hanches. Et … le drame. Le décolleté est OK … pour un bonnet F ! Ça ne va pas du tout, j’oscille entre le B et le C, mais faut pas déconner quand même. Donc, hop, deux plis creux, un dans le dos, un devant, des pinces pour diminuer le décolleté qui rebique sur le coté et on ajoute un joli noeud noir pour camoufler. Bon, c’est pas tout à fait ça, mais ça se porte.

pizap.com14144058274041

J’en fais un second dans les chutes de cette chemise, cette fois, je n’ajoute qu’1cm au niveau de la poitrine et j’élargis uniquement les hanches. Et pour le différencier du précédent, je décide de faire des bretelles qui se nouent. Toujours un souci au niveau du décolleté, bien trop large, les bretelles sont trop à l’extérieur, ça glisse tout le temps. Celui-ci est importable, malgré le pli creux dans le dos, du moins, sans rien en dessous.

pizap.com14144055459042

Pour le coup, j’ai voulu voir si le problème venait de mes modifications ou bien du patron. Donc j’en ai fait un pour la Dame, avec des chutes de coton. Et le souci du décolleté qui « rebique » est toujours là. Donc j’en conclus que le patron, tel quel n’est pas prévu pour accueillir une poitrine au-dessus du B. Pour le coup, je n’ai pas taillé dans mon joli tissu fleuri, je n’ai pas encore trouvé les bonnes modifs. Je ne pense pas acheter d’autres patrons de cette marque puisque l’adaptation demande bien trop de travail à mon goût (j’aime qu’on me mâche le travail en couture).(feiiiignaaaanteuuuuuh)

pizap.com14144055149891

J’ai tout de même beaucoup porté les deux que je me suis fait (sans doute parce que j’avais pas grand chose d’autres dans mon armoire), mais je reste un peu dubitative du résultat.

Pour bien faire, il faudrait que le résultat soit plus long. Les miens m’arrivent à peine aux hanches, facilement explicable par la poitrine qui « mange » du tissu, et à mon avis, ça n’est pas prévu dans le patron. Que le décolleté soit moins large pour que les bretelles se placent correctement. Donc pour les prochains, j’imagine que j’augmenterais les côtés pour centrer tout ce petit monde.

Et vous, vous l’avez cousu ? Z’en pensez quoi ?

C’est la fête à la grenouille !

Il pleut il mouille
C’est la fête à la grenouille !
Il pleut il fait beau temps
C’est la fête au paysan!

Il pleut, il mouille
C’est la fête à la grenouille
Quand il ne pleuvra plus
Ce sera la fête à la tortue!

Vous connaissez cette comptine ? Elle représente bien le temps tout pourri de l’automne qui s’est maintenant bien installé parmi nous.

Pour parer à ça, la Dame m’a demandé cet été si je ne pouvais pas lui coudre un petit imperméable !

Ben oui que je peux tiens !

Y’a parfois des questions bêtes !  

On fouine un peu dans les patrons en stock, on zyeute, on imagine, on calcule, on trifouille, et on obtient un escargot tout chaud !

Hein ?

Mais non, faut suivre un peu ! Un imperméable !

DSCN4195

Tissu imperméable doublé vert forêt, Myrtilles, 5.95€ le m

zip et cordon oranges qui piquent les nyeux

Modèles 23-26, Tendances couture n°12, taille 42/44

J’ai choisi de faire un mix entre toutes les versions proposées. Il y a donc les deux poches au niveau de la taille, une coulisse pour cintrer, des manches longues, un col simple.

DSCN4198

Et derrière un pli creux avec une languette !

DSCN4200

Hein ? Comment ça un pli creux ? C’était pas prévu ça !

 Bé non, c’était pas prévu. Rien ne l’indiquait dans le patron. Mais vraiment rien ! Et évidemment, aucune photo du modèle de dos pour vérifier … Evidemment !

Alors que j’allais assembler l’empiècement avec le dos, misère, 3 cm en trop de chaque côté ! Gneuuuuh ?

Et j’ai bien vérifié sur les planches, j’ai tout bien coupé.

Du coup, le plus simple c’était encore de centrer un pli creux au milieu de la languette. M’enfin, panda pas content !

Bonus, le tissu étant entièrement doublé de base, les finitions sont super propres ! Pas besoin de se casser la tête.

DSCN4199

Et puis, histoire de me faire cogiter un peu quand même, la Dame a exigé une capuche !

On se creuse le ciboulot, on regarde les chutes, on taille comme on peut et on obtient un escargot tout chaud !

Vous en êtes encore là ?!

Non on obtient une petite capuche (vraiment petite), heureusement que la Dame a une petite tête !

DSCN4202

Attention hein ! Une capuche a-mo-vi-bleuh ! Quelques petits boutons qui piquent les yeux, et zou, on reste dans le thème.

DSCN4204

Et puis, comme la Dame a de la suite dans les idées, elle m’a demandé un petit truc pour son toutou ! Bah oui, c’est que les balades durent longtemps, mais la pluie n’attend pas la fin de la ballade pour tomber. Et imaginez un ours trempé dans un appartement, ça peut vite faire des dégâts !

On prend les mesures du dit toutou, on dessine sur le sol avec un crayon non effaçable qui traverse le papier (mon sol me remercie) et on croise les doigts pour que ça fonctionne.

Voici donc la version cadocquienne imperméable :

DSCN4206

Ouaip, comme ça, ça vous parle pas trop, mais comme ça ?

 

Pas mal non ?

Pour le coup, ce petit imperméable est vraiment sympa à coudre, je pense me le faire un jour une taille au-dessus (ça taille large) avec une version micro-Pixel associée.

A suivre donc ^^.

Toutes de rose

Bonsoir, bonsoir !

Hé non, je ne suis pas morte, le panda est toujours là ! Et même qu’il a une idée !

Vous le savez, ça m’amuse toujours autant de vous lancer des défis, et je me demandais si un petit défi Rose vous intéresserez ?

Comme vous le savez, Octobre est le mois consacré au dépistage et à la lutte du cancer du sein, et je me suis dit qu’il serait bon de rappeler ce que cette maladie peut faire, à vous ou à vos proches.

Nous sommes toutes concernées, de près ou de loin. Pour ma part, c’est La Dame qui l’a choppé, il y a quelques années, ce vilain crabe, et, fort heureusement, elle n’en a fait qu’une bouchée !

Mais toutes n’ont pas cette chance, ou bien sont encore en train de se battre.

Alors je me suis dit qu’un peu de soutien rose serait une bonne chose, vous ne croyez pas ?

Je dois l’avouer, l’idée première n’est pas de moi, mais d’une blogueuse-tricoteuse, Grain de Peau Laine, qui avait lancé le défi l’an passé, et j’y avais participé. Malheureusement, elle nous a quitté et je me suis dit que ce serait un bel hommage de le renouveler cette année.

octobre rose

Je vous propose donc de confectionner quelque chose de rose durant ce mois d’octobre. N’importe quoi, pour vous, vos enfants, vos amies, vos proches. Que ce soit au tricot, au crochet ou en couture. Pourvu que ce soit Rose !

Et de venir le montrer sur vos blogs et ici dans une grande et belle mosaïque rose le 31 octobre 2014. (Vous pouvez m’envoyer une photo à l’adresse letipandabc(at)gmail(point)com.

Alors, ça vous tente ?

Ce serait géniale de recouvrir la blogo de rose le 31, vous croyez pas ?