Folie à deux

Voilà … pfff quoi …. au moins six mois … l’idée de faire un SWAP (autrement dit un échange) a germé dans l’esprit de Béné et de votre cher panda.

Le but, se faire des cadeaux laineux (a priori), tricotés ou à tricoter, avec quelques gourmandises.

Oui les tricoteuses sont toujours des gourmandes.

Bon bah déjà le panda a pas mal dérivé en ce qui concerne la partie laineuse hein … mais je vous montre ça après !

D’abord, voici ce que j’ai reçu, et croyez-moi, ça fait plaisir de se faire pourrir gâter de la sorte !

DSCN3788Ça en fait de la couleur hein ?

Alors qui avait-il dans ce colis ??

Hé bien, des gourmandises :

DSCN3789

– Du thé qui sent diablement bon … Surtout le orange mmmmmh … J’ai hâte de le boire ! Mais bon j’attends une période calme pour m’y mettre, mon palpitant supportant beaucoup moins le thé qu’avant, d’autant plus que c’est du thé noir … mais cette odeur <3. Test ce week end donc !

– Des petits biscuits faits maison … en forme de Moomin !! Presque tous arrivés en entier (et presque tous déjà mangés).

– Des roulés à la cannelle où je comprends rien de ce qui est écrit sur le paquet mais que c’est bien bon quand même. Le Nhomme en a piqué hier soir en cachette.

Je vois et j’entends tout Chéri !

– Des barres chocolatées qui ne vont vraiment pas avec mon régime …

Ensuite j’ai été gâtée niveau laine … 5 pelotes !!

DSCN3792

– 1 Rowan Felted tweed, brun moucheté bleu et caramel (j’adore ce genre de fil), toute douce. L’occasion pour moi de tester cette marque qui me fait les yeux doux depuis longtemps.

– 1 jolie pelote Grignasco Mousse, qui si j’en crois l’étiquette est un mélange de soja (O.o), laine vierge et soie. Une tuerie de douceur ouais.

– 2 pelotes de Novita Rose, colori bleu turquoise. Elles iront parfaitement avec des pelotes angora blanches qui attendaient des copines colorées pour être tricotées.

– 1 pelote Novita puro batik, dans un dégradé de bleu et de marron. J’ai bien envie de faire un bonnet avec !

Et comme Béné a pensé à tout, elle m’a envoyé deux jolis patrons, tout à fait mon style :

DSCN3791

Celui de gauche se fait avec la Grignasco, celui de droite avec la Rowan (ce sera mon prochain en-cours rapide d’ailleurs !).

Vous remarquerez le joli marque-page en métal, qui a depuis rejoint mon livre de compte. Bien pratique dans cette matière.

Et puis, il y avait du fait-main dans ce colis :

DSCN3797

Des tawashis ! Tendance sur la blogo en ce moment, je n’avais pas eu le temps d’en faire encore, voilà qui m’arrange bien :p

Et puis un petit collier dont la pierre est savamment retenue par un fil de métal violet entortillé autour.

Ah et j’ai presque oublié, je crois que c’est le petit truc qui va me rendre addict … un moomin marqueur ! J’adore !

DSCN3793

Alors, j’ai été super bien gâtée non ?? Pour tout dire, je me dépêche de terminer mon dernier encours juste pour me donner le droit d’attaquer mes nouvelles pelotes ! (et le bougre n’en fait qu’à sa tête, je n’arrête pas de défaire et refaire !)

Et donc de mon côté ça a été la folie aussi … mais couturesque !

Oui je sais ! On avait dit tricot … 

Mais voilà, Béné, elle a deux marmots. Et moi, les mioches, ben vous le savez bien, faut toujours que je leur couds un truc ! Ça a été plus fort que moi, j’ai craqué, le colis pour Béné est devenu familial contre mon gré (et le sien huhu).
Donc dans mon colis, j’ai plutôt privilégié les « grosses » pièces. Et comme vous le savez, je lui ai envoyé un sac à tricot nomade, le jaune foncé à passepoil fleuri de mon dernier billet.

Et dedans, j’avais caché un bel écheveau de Cascade Yarns Heritage, colori Lagon, 400m de pur douceur avec du mérino dedans qu’une fois que t’y as goûté, tu ne peux plus t’en passer. Moi qui ne suis pas très bleu d’habitude, ce bleu lagon est une merveille, je l’aurai bien gardé ! Evidemment, je ne l’ai pas en photo …

Et puis donc, pour ses enfants … CRAQUAGE DU SYSTÈME NERVEUX DU PANDA SIOUPLÉ !!

 Pour sa princesse, ben … une robe de princesse quoi !

Vous vous rappelez le tissu à pois sur FB ? Ben c’était pour ça :

DSCN3768

THE robe qui tourne ! Une pure tuerie couturesque si si ! Je vous la conseille si vous voulez découvrir le paradis des finitions parfaites en deux temps trois mouvements, même pas peur.

Mais attention, le meilleur … c’est le dos ! Ouvrez grands les yeux !

DSCN3770

Alors c’est pas une robe de princesse ça ????

Le patron, c’est The party Dress, disponible gratuitement via le blog The cottage Mama. Un blog que j’adore suivre, j’y découvre toujours des choses trop mignonnes. Alors, certes, le patron est anglais, mais teeeeeellement bien expliqué … Je vous le conseille vivement.

Et donc les finitions … pas de couture visible, à l’intérieur à l’extérieur, même au niveau des épaules … C’est nickel

DSCN3773

Et puis, décidément il n’y avait pas assez de pois sur cette robe …

DSCN3772

J’ai légèrement modifié la robe, au niveau de la ceinture. J’ai ajouté des passants pour pouvoir retenir la ceinture que j’ai modifiée également. Histoire d’ajouter une jolie fleur à boutonner, je trouvais ça plus simple que de faire un gros noeud dans le dos.

DSCN3771 DSCN3774

Voilà …
Taillée en 4 ans, car sa puce est grande, j’ai rallongée la jupe de 10 cm si je me souviens bien. Oui ça fait plus d’un mois qu’elle est faite maintenant, j’ai des trous de mémoire.

Le tout en coton de puériculture super choupi qui coûte un bras même  acheté à Myrtilles. Coloris choisis avec l’aide du Nhomme, et ce fut long de choisir la couleur secondaire (le parme donc).

Et puis pour son petit Pirate … un ensemble de Pirate … du zoo ?? Ouais, parce qu’il y a des girafes en fait !

IMG_20140602_124639

Je vous jure que la tunique est repassée … J’ai vraiment pas de chance, je tombe que sur des trucs indéfroissables en ce moment …

Donc le petit short, c’est un patron gratuit, en anglais encore, disponible sur le blog Caila Made. Plutôt simple à faire, j’ai préféré des coutures anglaises pour éviter le « kipik kigrate ». Avec la petite étiquette en satin pour trouver le bon sens sans le kipik.

IMG_20140602_124650

Quant à la tunique, encore un patron gratuit, en français cette fois, que l’on peut retrouver en tailles 2 et 4 ans, sur le blog Deux filles en aiguille. J’avoue ne pas avoir suivi le tuto pour la faire, je suis rodée niveau chemise et parmenture maintenant, j’ai fait comme ça me venait.

Niveau modification, j’ai fait des manches courtes. J’avais prévu des petits boutons en forme d’éléphant, mais ça jurait trop niveau couleur. Et je n’ai pas fait de rappel du short, excepté la parmenture, au cas où les deux pièces soient portées séparément.

Le tout taillé en 2 ans. Pareil, j’ai pioché dans le coton puériculture. Le jaune est un peu plus épais, avec une impression de velours quand on le touche. Quant aux girafes, achetées il y a plus d’un an dans un moment de craquage.

Et voilà !

Je sais j’ai beaucoup papoté, mais j’étais tellement frustrée de ne pouvoir vous montrer tout ça !

Et vous savez le meilleur dans ce swap ??

Recevoir une petite vidéo de quelques secondes où une jolie princesse dans une robe à pois vous dit merci, trop mignon ❤

A refaire … dans un an (histoire de me laisser autant de temps que cette fois-ci ahah :p )

Grand merci Béné, j’ai a-do-ré mon colis, comme tu le sais, je l’ai déballé comme une gamine, en laissant tout en plan 🙂

Si vous voulez en savoir plus, filez sur son blog, je crois bien qu’on y trouve des photos de princesse, de pirates, et de laine aussi :p

Publicités

Ch’uis une tricoteuse qui déchiiiiire !!

Rho quoi ? C’était facile comme titre non ??

Et puis en plus, c’est vrai !

Vous voulez savoir pourquoi ?

Hé bien c’est tout bête, moi j’ai un sac à laine pour tricoteuse nomade. Vous savez ce que c’est une tricoteuse nomade non ? C’est la nana qui, quelque que soit le coin où elle va, emmène son tricot avec elle ! C’est moi donc (et, sans doute, vous aussi).

Alors je vous vois venir :

« Moi je trimbale mon tricot dans un tote bag, et ça va bien !« 

Mais, mesdames, mesdemoiselles, le tote bag, c’est has been ! Si !

Maintenant, toute crocheteuse et/ou tricoteuse qui se respecte DOIT avoir un sac à laine nomade.

D’où qu’il vient ce sac ? Hé bien c’est Saki, du blog Sakiko Jones n’a peur de rien, qui l’a inventé et qui met à disposition gratuitement le tuto pour le réaliser.
Et moi j’ai trouvé que c’était une idée formidable ce petit sac à laine. Car un tote bag, c’est bien pour transporter le tout, mais qu’en est-il lorsque, tricotant dans le train, on tire sur notre fil et la pelote se fait la malle dans les pieds des gens assis autour hein ?

Hé bien Saki a imaginé un sac ni ouvert, ni fermé, mais qui garde tout bien en place et à portée de main !

Le tuto à peine publié, j’ai sorti toutes mes chutes du moment, et j’ai cousu, cousu, cousu … Et trois sacs à laine sont nés !

DSCN3756

Oui je sais, quand je me lance, je ne sais plus m’arrêter … du coup, quasiment tout mon thermocollant y est passé !

Nous avons donc une version jaune foncée au passepoil fleuri :

DSCN3759

… avec intérieur version mini girafe :

DSCN3760

Une version à pois multicolores au passepoil rose pâle :

DSCN3764

… avec intérieur parme :

DSCN3765

Et enfin, mon chouchou, une version toute fleurie sur fond blanc avec passepoil marron foncé :

DSCN3762

… avec intérieur marron également (avec fils qui trainent en bonus) :

DSCN3763

Evidemment, les trois ne sont pas pour moi … Le premier est parti chez Béné, lors d’une opération SWAP dont je vous reparlerai plus tard, et le second est parti chez ma petite Belge préférée.

Le dernier est évidemment pour moi. D’ailleurs, le voici en fonction :

DSCN3766

Franchement, je le trouve très pratique ! La petite anse est pratique lorsqu’on veut se déplacer avec (même s’il est bien rare de tricoter en se promenant, je vous l’accorde), mais cela a au moins le mérite de ne pas avoir à laisser son sac traîner parterre ou sur une chaise /ses genoux.

Il est assez spacieux pour contenir un en-cours type pull, à mon avis. Et le bonus dans tout ça ? C’est anti chien/chat/poussière/Nhomme qui a peur des pelotes qui roulent. Bien plus qu’un sac basique en tout cas.

Si vous avez quelques notions de couture et une màc à disposition, je vous invite à essayer de le coudre, d’autant que Saki a fait les choses bien, il y a des minis tutos pour les parties qui pourraient être difficiles pour une débutante.

Et puis si vous n’osez pas toucher une màc, Saki en a fait plusieurs exemplaires, elle les vend sur sa petite boutique ici.

Alors, ça vous tente ??

Moi en tout cas, il faut que je m’en couds encore deux ou trois pour en avoir un par en-cours, affaire à suivre donc 🙂

Défi 13 entre amies, juillet ou du soleil sur mes fesses.

Aujourd’hui nous sommes le 13 juillet, jour du défi 13 entre amies !

Pour ce mois-ci, le thème a été choisi par Sophie (probablement en désespoir de cause, et pour enfin le voir)  :

Vive le Soleil !

Et quoi de mieux pour supplier le soleil d’être présent qu’un coupon de tissu jaune ?

Vous allez finir par croire que je ne fais que de la couture en ce moment, mais oui c’est un peu ça !

Moi qui détestais les aiguilles, j’apprends peu à peu à apprécier ce genre de travaux. d’autant que j’arrive à me faire des trucs potables et portables sans dépenser un centime. Autant continuer ! 
Ainsi, toujours à la main, toujours free style , vous l’avez aperçu dans le précédent billet, voici ma participation au défi 13 :

Ouais ça flashe ! En même temps, c’est l’été ! L’inconvénient dans tout ça, c’est que je ne savais pas quoi porter avec et il ne me reste que des couleurs sombres. Mais finalement j’ai trouvé un débardeur orange dans la pile recyclage, pas mal flashy aussi, et voilà :

Mais je n’ai pas encore trouvé mon bonheur… du rouge ce serait bien, encore plus voyant mouahahaha !
Quoi qu’il en soit, c’est une jupe qu’on pourrait qualifier de patineuse, du moins c’était l’idée que j’avais en tête au départ. Seulement, ce que je déteste le plus vestimentairement parlant, c’est d’avoir quelque chose autour de la taille, ça m’agace ! Pour la jupe patineuse, on repassera donc.
J’ai adapté à la situation, moi, mes jupes, je les porte sur les hanches. Toujours. Le tour de taille est donc devenu le tour de hanches. Ce qui fait que ça baille légèrement, c’est moins seyant, mais sans ça, je ne la porterai pas. Et donc, un pli à gauche, un pli à droite, un pli à gauche, etc.

Pour le système d’ouverture de la ceinture, j’ai dû me creuser le ciboulot. Vous me direz, mettre une fermeture, c’est ce qu’il y a de plus simple. Oui oui. C’est ce que je voulais faire d’ailleurs. En mettre une fuschia qui pète bien. Mais voilà, ça m’a gonflé, j’ai passé un temps fou à l’épingler. Quand je l’ai essayée (bourrée d’épingles kipiiik), je me suis rendue compte que la jupe aurait besoin d’un jupon car le coupon jaune était bien trop transparent. Bref, il a fallu tout redéfaire, poser le jupon, et là, hors de question de re-épingler en sandwich. 
J’avais aussi l’intention de faire un gros noeud jaune juste au-dessus de la fermeture (dans ce style), mais pendant le « prototypage », cela accentuait beaucoup trop les hanches. J’ai aussi laissé tomber. 
On en vient donc à la fermeture par boutonnières roses flashy et ses petits boutons verts (ça m’a pris un après-midi entier ouuuuh). 
oh un fil dépasse !
Forcément, vu que j’avais coupé pour une fermeture zip, ça a laissé une ouverture … J’y ai simplement mis un crochet, ce qui est amplement suffisant pour éviter l’ouverture disgracieuse. Peut-être qu’un jour j’y mettrai la fameuse fermeture. 
J’ai ajouté une tresse de fils de coton vert et fuschia, pour souligner la ceinture et accessoirement cacher la seule couture visible de la jupe. Et donc, le jupon ! Un joli jupon blanc, que j’ai recyclé d’une jupe blanche que je trouvais trop démodée et qui traînait dans mon placard, sans en sortir depuis au moins 5 ans. 
Mignon non ? C’est presque dommage de le cacher. 
Malheureusement, je ne pouvais pas plus raccourcir la jupe pour le laisser dépasser, l’ourlet faisant déjà une bonne douzaine de centimètres (plié deux fois). Après il aurait fallu couper, et je suis une catastrophe avec des ciseaux. Ourlet qui était quand même nécessaire, car la veille de le faire, je la trouvais mooooooche cette jupe sur moi. D’ailleurs, il ne faut pas porter cette jupe les jours où on se trouve trop grosse, trop moche, trop petite, etc, sinon elle restera au placard ad vitam.

On peut aussi la porter en cachant la fantaisie :

L’inconvénient dans tout ça, le tissu. Il se repasse très bien, mais se froisse tout aussi vite. D’ailleurs, il suffit de s’asseoir pour constater des pliures sur la ceinture et froisser le jupon. 
Pour voir le défi de Sophie c’est ici … mais aussi ici sur mon blog ! Car, hier, j’ai reçu dans ma boite aux lettres un colis surprise de cette petite cachottière qui m’a offert son D13 !! D’après le petit mot, je n’avais pas le droit de l’ouvrir avant le 13.  Preuve :

Mais quelques imprévus plus tard (et un manque de patience de ma part), j’ai déballé et essayé ! Bon j’ai bien fait, car il a fallu que je découse un tout petit peu les manches pour y passer mes bras de camionneur sans me sentir serrée. 

En plumetis de coton, d’après ce que Sophie m’a dit. Désolée pour le décor hum hum … 

Je l’adore, la matière, la forme, la petite broderie « sunny ». C’est trop mignon, merci !! Je suis gâtée ces jours-ci ♥

Sinon, j’ai la charge de décider le thème du défi d’août. 
On commence tout juste à entendre les cigales chanter par ici. Ce qui m’a fait pensé à la fable, que vous connaissez toutes, La cigale et la fourmi de La Fontaine. (Et on va pas se mentir, le recyclage que je fais en ce moment est une inspiration directe)
Le thème sera donc : Plutôt fourmi que cigale !

Le but de ce thème, comme la fourmi qui économise tout l’été pour bien passer l’hiver, il va nous falloir économiser et recycler ! Deux contraintes donc : 
– recycler au moins un vêtement 
– ne rien acheter pour ce défi et faire avec les stocks. 
Au mois prochain ! 

Balade sous la pluie

——————————
J‘ai écrit ce billet bien avant celui que j’ai posté il y a quelques jours. Je modifie donc le début, pour remercier toutes celles qui m’ont laissé un petit long mot sur le blog, ou sur ma boite mail en privé ; celles qui ont partagé leurs expériences, qui m’ont envoyé de jolies photos de leurs enfants machouilleurs de papier (ça m’a beaucoup émue Béné, je m’en remets pas >.<), qui me poussent à tenter ce que JE veux et qui me font encore plus réfléchir dans le bon sens. J’avais besoin de ce regard extérieur face à l’accumulation des fatigues morale et physique. 
Merci les filles, vous êtes en train de vous creuser une jolie place dans le petit coeur du panda. ♥

—————————–

On pourrait considérer cette pluie comme une sorte de suite à la malédiction. Mais c’est bien le seul problème que j’ai eu avec ce nouveau tricot. Pouvoir le prendre en photo avant de l’envoyer. 

Toujours sur ma lancée des « mini-cadeaux », je n’ai pas eu besoin de chercher longtemps pour ce modèle, puisque je le connaissais, Sophie me l’avait offert l’an dernier !
Il s’agit du Saroyan, hyper connu sur la blogo tricot. Le temps de balader le huahua légèrement sous la pluie, j’ai fait le plein de photos, fagotée comme un épouvantail !

En Lace, turquoise cette fois-ci. Couleur donnée  par Béné, il lui était donc destiné ! Le fait de le faire avec une laine si fine et des aiguilles numéro 5, donne au Saroyan une tout autre allure. J’aime beaucoup, je pense me le refaire avec ce genre de laine. Peut-être en rouge…

Du moins, si j’ai le courage de le refaire. Le pattern est très monotone, et se construit d’une pointe à l’autre, ennuyeux … Je l’ai trouvé long à faire, alors que je n’ai pas passé plus de temps que pour l’Annis, que j’ai pourtant refait presque deux fois.

Je pense qu’il a à peu près la même envergure que l’Annis, bien que je ne puisses pas vérifier, il était déjà parti depuis une semaine quand j’ai fait ces photos.
J’en ai profité pour tester les paramètres de mon APN. Et on voit que je ne maîtrise pas bien …

C’est une libellule raccord au châle niveau couleur … le temps que je « focus » correctement, elle s’était envolée !

Devant ce ratage, un chat errant a bien voulu prendre la pose :

Trempé le matou, mais fier quand même. 

Que pensez-vous de la couleur ? Il est magnifique ce turquoise, j’en suis amoureuse … Je pense que ce sera la couleur de mon prochain craquage laineux, un jour quand j’aurai de l’argent …

Ce qui est étonnant avec cette laine, c’est qu’elle roulotte quel que soit le point. Ou bien je l’ai mal bloquée, ce qui est possible, car elle est toujours aussi fragile, ça ne change pas … La fibre m’a paru un peu différente pour cet écheveau. La noire et la violette avait l’air d’être filées autrement, je ne sais pas …

Bref, elle roulotte je disais. Et le pire dans tout ça, c’est que le Saroyan a justement une bande de point mousse pour faire le corps du châle et éviter ce phénomène. Mais rien à faire …

Huahua il fait la gueule depuis que le soleil il l’a arnaqué. 

Grosse arnaque cette balade. Tout du long, nous n’avons eu que ciel gris et gouttelettes de pluie … Jusqu’au retour, où finalement il a pointé le bout de son nez !

L’arbre fétiche … 

 L’aviez-vous remarqué ? Et voui il y a des perles sur ce châle aussi ! Pas de jalouse, tout le monde aura des perles. Celles-ci sont transparentes au coeur noir. Je voulais créer le contraste, mais en douceur. Ben voilà, c’est tellement doux, qu’on les distingue peu sur les photos, c’est malin !

J’espère que le blocage des feuilles tiendra … Je l’ai bloqué uniquement à l’épingle (une bonne soixantaine),et l’ai laissé ainsi toute une nuit, aucun fer. Seule modification apporté à ce pattern, j’ai ajouté 4 mailles en plus pour le corps du châle pour qu’il soit 2 cm plus large. Je ne sais pas si ça change grand chose.

Nous avons terminé notre balade quotidienne sous les nouveaux rayons du soleil. Arrivé en retard …

Les feuilles mortes qui font croire à l’automne … Présage ? 

Bref, le huahua était presque content quand on est rentré … Presque …

Sans oublier, le petit bonus, mascotte du concours : 

La malédiction

Je commence à me demander si faire un concours, et accessoirement des cadeaux à toutes les participantes, ne m’aurait pas porter la poisse tricotesquement parlant. 
Pourquoi je dis ça ? 
Ben, c’est tout bête. 
J’ai fait d’abord le Marjamets et ses bouses de noppes. 
Puis j’ai fait le cluster doily où j’ai manqué de fil à deux rangs de la fin.

Ensuite, je n’ai pas reçu mes fournitures de couture et ai dû changer mes plans pour ma robe Barbie.

Bref … 

Contente d’en avoir terminé avec le colis-cadeau, je me suis mise à traîner sur Ravelry à la recherche d’un modèle à la fois simple, rapide mais qui fait son petit effet. 
Et bien sachez que je me suis penchée sur pas moins de 40 modèles différents. Mais réellement. Mon bureau était couvert de fichiers pdf. J’en ai testé une bonne demi-douzaine. Comprendre par là, monter les mailles et avoir fait plus de dix rangs. Et, évidemment, tous ont été défaits. 
Au bout de trois jours de déprime, j’ai fini par jeter mon dévolu sur Annis, que j’ai fait en version shawl mais qui ressemble à la version  shawlette. AH AH AH ….
Un micro châle donc, en Lace (oui encore), violette cette fois-ci. Violet étant une des couleurs indiquées par Labikette, il est donc pour elle ! Tricoté en aiguille 5mm, fil simple. Je cherchais avant tout un effet léger et vaporeux. 
Le soleil s’est planqué à chaque fois qu’on prenait une photo sur moi !
Croyant avoir choisie un modèle easy, un matin je monte mes 300 et quelques mailles et commence la dentelle. 
Rien à signaler. 
Le jersey arrive et se fait à base de rangs raccourcis pour créer l’arrondi du châle. 
Le lendemain soir, le châle est terminé, rabat compris. Super, contente  je suis. 
Bizarrement, il roulotte un peu dès qu’on le met en écharpe. 
Mais … le matin, à la lumière du jour, je regarde le résultat, et là catastrophe ! J’ai fait une énorme erreur sur trois rangs raccourcis d’affilés, obligée de redéfaire les 2/3 du châle … pour les refaire dans l’après-midi. 
Malédiction je vous dis ! 
Juste pour vous prouver qu’il y avait bien du soleil !
De la Lace donc, toujours aussi pénible à bloquer, d’où les pointes trèèèès légères. J’ai vraiment eu peur de passer le fer dessus, même à travers un autre tissu, même en mode « soie ». Je ne l’ai fait donc que très très légèrement. Du coup, les pointes se relèvent et donnent l’impression que la bordure de dentelle « gondole ». J’aurai voulu cet effet, je n’aurai pas réussi … 
Cet arbre est très pratique !
J’ai fait un rabat au crochet, contrairement au rabat standard indiqué. Ben oui, j’aime beaucoup ce genre de rabat qui roulotte moins, qui fait en même temps un joli dessin et qui est très solide.
Et puis, si vous avez l’oeil vif, vous constaterez que j’y ai mis des perles et que je me suis améliorée niveau photo pour le blog. Un petit zoom ? 
Mettre des perles de rocaille minuscules sur les tricots, ma lubie du moment.
Et voilà ! 
En faisant le paquet pour l’envoyer, une autre lubie est survenue. Faire un amigurumi. Je me suis donc amusée à faire cette petite chouette et l’ai glissée dedans hihihi : 
¨Pattern ici
J’ai utilisé la Lace violette pour faire les broderies, ouais la chouette est raccord au châle !
Seul bémol, je n’ai mis qu’un simple fil de laine pour pouvoir la suspendre. J’ai retrouvé mes anneaux après avoir envoyé le paquet … Ralala. 
Une mini-gagnante sur trois. La suivante verra-t-elle se poursuivre la malédiction ? 
A suivre … 

Doily

Et voici le troisième et dernier cadeau home-made du colis-cadeau envoyé à Gwénola !

Oui, je sais que j’avais dit que je ferai deux cadeaux home-made, mais vu qu’il m’a fallu presque trois semaines après la fin du concours pour préparer ce paquet, j’ai décidé de compenser mon retard par un joli napperon que voici : 
Photo prise sous la pluie il y a + de 10 jours, oui oui ! Le soleil n’a pas daigné se présenter alors que je l’avais réclamé, l’insolent !
Crocheté avec une bobine de coton donnée par Belle-Maman en décembre dernier, qui n’a pas été suffisante pour le coup (heureusement que je suis dépensière  prévoyante et que j’en avais acheté d’autres sur place par envie curiosité) et un crochet 1.75mm. Il fait un peu de plus de 60 cm de diamètre. Il s’agit de ce modèle, en anglais, légèrement flou dans les explications parfois, il suffit de regarder le modèle pour s’y retrouver. 

Modèle éprouvant avec ses groupes de brides (qui forment la fleur centrale) et de doubles brides (qui forment les feuilles). J’en ai encore des crampes aux doigts ! 
Le paradoxe dans tout ça, c’est que malgré ma crispation sur l’ouvrage, du fait de sa mini-taille, j’adore le rendu et je continue vaille que vaille. Je crois que c’est celui qui m’a pris le plus de temps sur les trois confections. 
Ce cadeau m’a un peu fait stresser, car ayant demandé des avis à droite à gauche, certaines m’ont dit que c’était très joli, d’autres m’ont dit que les napperons c’était bien vieillot, d’autres que ça revenait à la mode…
Bref, moi tout ce que je voulais, c’était faire quelque chose de minutieux, et j’espère qu’il décorera une jolie table.^^
Sinon j’ai légèrement grugé pour le rang final, qui devait être constitué de triple picots. Et je dois avouer que je déteste faire des picots simples, alors des triples … J’ai essayé hein ! Deux fois ! Mais rien à faire, au bout du troisième triple, j’ai tout défait et choisi quelque chose de plus simple. Pourtant ils sont très jolis les picots des autres … 
Pour le reste du colis, voici ce qu’il y avait (il y a de beaucoup plus jolies photos chez Gwénola) : 
1- A boire : de la verveine à faire infuser. C’est un petit sachet que j’avais ramené pour moi (parce que je suis addicte à la verveine), puis je me suis dit que je pouvais bien partager ! 
2- A manger : du miel. L’élément qu’on doit sans doute le plus retrouver dans les délicieuses et caloriques pâtisseries algériennes. 
3- Pour décorer : une petite boite à épices/bijoux/ce qu’on veut, faite à la main, peinte à la main, provenant de la maison de l’artisanat de Tizi. 
4- A porter : un bracelet tout fin tout fragile avec une rose en corail. Élément qu’on retrouve énormément dans les bijoux typiques. J’ai tenté de prendre quelque chose d’assez discret quand même … Si vous ne connaissez pas les bijoux kabyles : ici, , , et encore ,  ou , beaux mais chargés n’est-ce pas ? 
5- A cuisiner : de l’halwa chamia. Ce n’est pas forcément algérien, mais le Nhomme-Mari le mange à la petite cuillère (ce que je déconseille fortement car c’est assez écœurant) et me la fait découvrir. On en met quelques cuillères à café dans une simple préparation pour gâteau, cela donne un goût tout à fait particulier. 
Et voilà pour le premier concours du blog ! Du moins pour la grande gagnante.
Pour les « petites » gagnantes. Certains cadeaux devraient déjà être arrivés ou  entre les mains de la Poste, d’autres en cours de réalisation. Je confectionnes et envoies au fur et à mesure, je vous demande encore un tout petit peu de patience ! 

Meow meow meow (Cal entre amies #1)

Second cadeau home-made du colis-cadeau : un amineko.

Je suis bien consciente de ne pas être du tout originale, vu le nombre de grominets qui sont apparus sur la blogosphère ces dernières semaines. 
Encore une fois, c’est Sophie qui me l’a proposé en Cal début mai, j’ai dit oui. 
Facilement influençable tricotesquement parlant. 
Oui. 
Vous devriez tenter votre chance, je crois que je ne dis jamais non à un Kal/Cal. 
Mais revenons-en à nos matoux. 
Le mien s’appelle Cat boy (toujours aussi imaginative). Je laisse le soin à Gwénola de le renommer avec un petit nom plus adapté. Le modèle provient d’ici et il y a une version traduite je ne sais plus où vu que je préfère les versions anglaises.
Edit : Celui de Sophie est un vrai fauve des savanes, filez le voir ici !

Je pense qu’il fait une petite trentaine de centimètres en comptant les pattes. Le plus de ce modèle, c’est la manière dont il est fait. On ne met de la ouate que dans le bout des pattes, pour qu’elles soient légèrement bombées, ce qui laisse ensuite plein de possibilités pour jouer avec.

La preuve en images :

En mode James Bond
En mode transat
En mode Romeow
En mode glandouille
En mode grododo
En mode cache-cache
En mode grand seigneur
Dans le modèle de base, la créatrice a mis des billes de plastiques pour créer du poids dans certaines zones du corps. Cela permet encore plus de maniabilité. Je ne l’ai pas fait, car 1- je n’avais pas de billes 2- j’aurai pu remplacer par du riz, mais le lavage en aurait été compliqué. Pas de perles, ni d’yeux en plastiques, par peur qu’un enfant soit le futur propriétaire du matou. A la place, des yeux et une truffe brodée. Broderie dont je suis assez contente, elle m’a l’air suffisamment symétrique. 
Un petit noeud autour du cou pour ajouter une coté charmant, et voilà ! 
Pour la laine, il s’agit d’un fil beige à poils noirs courts (non je ne parle pas d’un lapin). La dame dit que cela lui donne un aspect chat de gouttière. Je suis plutôt d’accord. Ça le rend tout doux également. 
Bref, une peluche qui sera suivies bientôt par d’autres … 

J’en ai Marjamets plus je ne le referai … (Kal entre amies #2)

3615 code titre débile, bonjour !
Bon en plus je triche chouïa car Marjamets se prononce Ma-yar-mets d’après l’introduction que l’on peut trouver sur le pattern. Ce modèle donc, dont le nom réfère aux forêts estoniennes où les baies poussent (traduction littérale made in Pandaland, je vous en prie), est celui de Kadri sts.
Ce modèle, ce n’est pas moi qui l’ai trouvé, mais Sophie. Il semble que je lui ai donné le goût de la dentelle suite à notre dernier Kal. Un matin, j’ai donc reçu la proposition d’un kal que je me suis empressée d’accepter (ah ah comme si je n’avais pas assez d’encours).
Mais, car il faut toujours un mais, je m’étais également engagée à gâter la grande gagnante du concours (mais aussi les petites gagnantes). Cela m’a amenée à faire des recherches des heures durant en me demandant ce qui pourrait bien plaire à chacune.
Le deal était tout trouvé, ce Marjamets serait pour l’une d’entre elles.
Voici donc le châle que Gwénola, de ma petite Factory, a reçu en tant que surprise made-home n°1 de son colis-cadeau, je peux à présent  vous le montrer, il semble que le nombre de merci dans le mail que je viens de recevoir prouve qu’elle a bien reçu le paquet :
Oui du soleil !
Je l’ai fait immédiatement après le Montego #2, du coup, j’avais l’impression de tricoter un mouchoir de poche ! Mais finalement après blocage, il a une bonne envergure.

Et couvre plutôt bien les épaules !
Bon, malgré l’envie d’en faire de jolies photos, je ne l’ai pas porté trop longtemps, je ne voulais pas que mon parfum s’y accroche.
Quelques détails techniques :
Je l’ai tricoté en Lace Drops noire (70%alpaga – 30% soie = autant dire un nuage de douceur !) et en Superfine wool metallic grise avec fil argenté incrusté. Deux fils extrêmement fins qui se sont bien accordés. Aiguilles 4mm.
A la base, je ne devais utiliser que la Lace, mais, l’échantillon obtenu, quelque soit la taille d’aiguille, il faut le dire, était MOCHE ! Il a fallu ruser et trouver un autre fil. Sachant que ma marge de manoeuvre était réduite, Gwénola ne m’ayant indiquée que les couleurs noire et grise.
Bref, rien que pour ça, j’ai crié, hurlé, grogné, défait et redéfait plusieurs fois, avant de trouver mon bonheur laineux. Ça m’a pris un temps fou.
Le mélange des deux laines fait un très joli chiné qui brille légèrement au soleil grâce au fil métallique, chose qu’on ne voit pas du tout sur la photo.
Le jersey de début, c’est piece of cake, rien à signaler.
Là où ça devient chiant, c’est quand les noppes débarquent … La manière recommandée, je ne peux vous la présenter que par un subtil copier-coller d’un mail écrit à Sophie :
« C’est moi ou … cette technique de noppes c’est juste du gros caca en bouse ??? C’est mooooche !!!  » 
 
suivi d’un second mail :
« Pour les noppes, en fait c’est pire que du caca en bouses par dizaines dans un champ de vaches (parce que c’est connu, les vaches ça pousse dans les champs) ».
 
Oui c’est de moi, voyez à quel point nos conversations sont pleine d’intelligence parfois, surtout de mon côté, j’ai un vocabulaire et une imagination très étendus. Mais je n’ai pas trouvé mieux pour vous résumer mon impression.
J’irai même plus loin, puisque, désabusée par ces noppes horribles,  j’ai dû tout défaire. La pire erreur qui fut. J’ai perdu 12 rangs dans l’histoire, car j’ai retiré l’aiguille dans l’espoir de repiquer chaque maille une à une. Que nenni ! Les mailles ont frisées, impossible. J’ai du me débrouiller, récupérant des mailles à différents niveaux de rang du tricot. Ce que j’ai pu résumer habilement et subtilement à Sophie dans un autre mail par :
« Je sais pas si tu imagines la chose, vu que je raconte mal, mais en gros, c’était hiroshima du tricot. » 
 
Dites-moi que vous les voyez les noppes, hein, vous les voyez !? Mais si, par transparence. J’avoue l’idée lumineuse de faire un modèle à noppes en noir, ça pouvait venir que de moi …
Bref, j’ai failli pleurer de colère, oui oui oui …
Puis est venu le moment de faire la dentelle de bordure. Et là je dois avouer que j’ai absolument détesté le pattern pour de bon. Notamment car il n’y a pas de « rang-par-rang » détaillé. Certes il y a des charts, mais moi et les charts, on est pas copains, parce que je ne les imprime jamais ! Non, je n’imprime jamais jamais jamais rien. D’habitude je m’en sors super bien, mais là … Je me suis trompée plusieurs fois de point, de ligne, sur le motif de départ, bref, il fallait défaire et refaire. Et là, j’ai crisé et boudé.
Ouais …
Blocage en pointes très léger
Reste le blocage, qui lui aussi a été pénible. Laine supra fragile, qui se lave à 30° maximum, pas de sèche-linge, pas de repassage. Autant dire que ça facilite pas trop les choses … Je n’ai pu bloquer qu’aux épingles et à la vapeur, d’où des pointes peu prononcées.
Reste que je le trouve joli, et que c’est pour cette raison que je l’ai continué jusqu’au bout.
Mais Marjamets, plus jamais pour moi !

Qui a commandé du soleil algérien ?

Bonjour, bonjour ♥

Oui, aujourd’hui je suis polie, ça change non ?

Nul doute que j’essaie de vous amadouer pour ne pas que vous fuyiez huhuhu ….

Pour celles qui ne sont pas au courant (comment est-ce possible, je vous saoule avec ça depuis des semaines !), le panda est parti en Algérie. Pays que j’ai le droit d’appeler mon chez-moi maintenant. Si si, Nhomme-Mari me l’a confirmé, hihi ! 
Je vous avais parlé d’un « concours » dans ce billet. Je ne l’ai pas oublié, puisque nous y sommes, le voici ! 
 J’appellerai plutôt ça un cadeau ! Même si, pour le gagner, il va falloir jouer le jeu ! 
Déjà, on gagne quoi ?
J’ai tenté de ramener des choses de l’artisanat kabyle. Des choses typiques de chez mon chéri donc. Des choses faites à la main et unique, pour certaines. Les « objets » proviennent notamment de la maison de l’artisanat de Tizi-ouzou. Je connais bien leurs produits puisque mon Nhomme-Mari m’a offert des chèches, des bijoux, et une cape, provenant de là-bas. La qualité vaut son prix ! 
Mais comme c’est une surprise, pas de photos, voici  les grandes lignes uniquement : 
– quelque chose à boire 
– quelque chose à tartiner
– quelque chose à cuisiner 
– quelque chose pour décorer et ranger 
– un joli bijou à porter 
– une ou deux confections made-home (sous entendu, faite par moi). 
Vous êtes encore là ? 
Bien ! 
Si le made-home ne vous fait pas fuir, nous allons maintenant parler de comment gagner
C’est la partie où je deviens une emmerdeuse, si si, vous allez voir. 
Car, oui, pour gagner, il va falloir répondre à quelques questions, et pour ça, il faudra avoir une bonne mémoire ! 
Toujours là ? 
Alors on y va : 
1– Quel est le surnom que je donnes à ma mère sur ce blog ? (facile ça)
2– Grâce à (ou à cause de) quelle blogueuse me suis-je mise à vous saouler bloguer ? (facile aussi, je l’ai dit il n’y a pas si longtemps). 
3– Pour qui ce coussin a-t-il été fait ? (pas de généralité, je veux son nom ou son/ses surnom(s)).
Médor devrait vous mettre sur la piste
4– Qui est Teddy ? (Souvent guest star sur ce blog)
5– Où est Charlie ? (On ne triche pas !)
Plus grand ici

6 – Quel est ce point de tricot (ou de crochet) ? (J’y ai déjà fait référence, sinon demandez à Google ou inventez !)
source
7– Quelle(s) couleur (s) aimez-vous porter ? (ça m’aidera pour le made-home)
…………………………………………………
Facile non ? 
Bon, ça va vous prendre quelques minutes, selon votre assiduité à mes blablas. Mais je veux une réponse (bonne, fausse ou drôle) à toutes les questions pour valider la participation. Comme on dit chez mon Nhomme-Mari, chah ! (c’est l’équivalent de « bien fait »). 
Je vous impose  ce système pour trois raisons : 
– la première : on s’amuse un peu ! Vous en cherchant Charlie (si si c’est drôle), moi en lisant vos réponses. Un peu d’interactivité bloguesque ne fait pas de mal … Un peu de mérite au gain ! 
– la deuxième : j’ai participé à des concours. Plusieurs. Et lorsque je le fais, outre la volonté de gagner, réside aussi le fait qu’il est agréable de discuter du lot à gagner sans bombarder un simple et rapide « je participe, merci » à l’organisatrice. J’aime à penser que c’est un geste convivial et généreux, et non profiteur, qui permet avant tout de découvrir une personne. D’où l’obligation de répondre à mes questions, ne serait-ce que, si vous débarquez sur le blog aujourd’hui, de vous forcer à lire un peu le reste. 
– la troisième : ce qui compose ce colis a été acheté et choisi par moi ou mon Nhomme-Mari. Nous avons donc puisé dans notre pécule personnel sans trop compter.  Je souhaite vraiment que ce colis-cadeau soit destiné à quelqu’un que je connais/que je lis/ qui me lit. Car la base même de ce concours est de partager mes voyages, de fêter mon mariage, de faire plaisir et de faire découvrir. J’estime normal que la personne qui gagnera soit quelqu’un qui « partage » ma vie bloguesque.
De ce fait, je vous invite à ne PAS partager ce concours sur les réseaux sociaux. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’ai pas mis le mot « concours » dans le titre du billet ni dans les premières lignes. Puisque, comme certaines le savent, HC indique les premières lignes d’un billet. Je cherche à éviter les « chasseurs » de concours et à récompenser les fidèles, nouvelles comme anciennes.  
En outre, je ne fais pas cela pour rendre mon blog plus visible, uniquement pour vous remercier d’être présentes sur ce petit morceau de toile qu’est le mien.

LE CONCOURS SE TERMINE LE MERCREDI 8 MAI 2013 A 20H
Il est ouvert à tout le monde, soyons fous (oui je vais casquer à la Poste pour envoyer à l’international si besoin, à moins que vous n’ayez un « relais »).
Je le redis, n’hésitez pas à participer, même si vous ne commentez jamais. Blogger m’offre ses statistiques régulièrement, je sais donc qu’il y  a des lectrices de l’ombre ! Montrez-vous, promis je ne mords pas, y’a pas eu de plaintes à ce sujet pour l’instant ^^

Sauf si ça ne vous intéresse pas, là évidemment … je ne vous force pas !

Je vous informe également qu’il me faudra quelques jours après la fin du concours pour confectionner la partie made-home. Ben oui, si je demande vos couleurs, y’a une raison ! J’en appelle donc à votre patience.

Les commentaires seront modérés pendant toute la durée du concours, pour que chacun(e) se creuse la tête, et publiés ensuite. J’annoncerai le ou la gagnante dans un nouveau billet et je vous contacterai par mail ensuite (n’oubliez pas de me laisser un lien qui me permettra de vous contacter : blog, adresse, etc).

Voilà, je crois que tout est dit !

BONNE CHANCE ♥


PS : A celles à qui j’ai envoyé une carte (en espérant qu’elles arrivent un jour), ne répondez pas à l’adresse au dos de l’enveloppe, puisque c’est celle de mon Nhomme-Mari en Algérie, et non la mienne … Pour celles qui me l’ont demandée, mon adresse est inscrite sur la carte. 

PS bis : Il me serait utile de savoir si vous êtes allergique à une plante quelconque, afin que je ne vous envoies pas du « poison » et que je puisses moduler le contenu du colis au cas où. N’hésitez pas à l’indiquer. 

L’écran poulpé (tuto inside)

Cher peuple chéri,

Le week end de Pâques est fini et pour coller à l’esprit :

– Il y a des gens, comme Mademoiselle Emma, qui peignent des poussins,  des lapins et des chocolats sur leurs ongles, tellement beaux  et réussis que tu les mangerais (les chocolats pas les lapins ni les poussins). 
– Il y a des gens, comme Natalie de l’Heure d’été, qui fabriquent de jolies guirlandes « pâquières » (oui, ce mot existe dans mon monde)
– Il y a des gens, comme Yumicha, qui font de jolis petits lapinous origamiens (si, ce mot existe aussi)
– Il y a des gens, comme Zü, qui confectionnent des bunnyhouse (ce mot là je ne l’ai pas inventé !)
– Il y a des gens, comme Beemade, qui dessinent sur de vrais oeufs pour les rendre pâquiers ! (ben oui ça va plus vite si les oeufs sont déjà faits, fallait y penser !)
– Il y a des gens, comme Sylvie d’Amuse-bouche, qui cuisinent des macarons de Pâques  ! 
– Il y a des gens, comme Samantha de Fancy Melody, qui s’habillent en lapin pâquier !
Ainsi, dans l’optique de respecter l’esprit de Pâques, et comme tous les gens ont déjà fait tout ce qui était lapino-choco-oeufien (j’ai cherché, ovaire, ovule, ovarien, mais oeufien, c’est mieux pour un oeuf de pâques), je tiens à faire la cloche ! Car oui, beaucoup ont oublié la cloche ! 
Et comme, ô blogosphère d’amour, je tiens à combler tes carences, je te présente la cloche de Pâques ! 
La cloche de Pâques, c’est moi. Hé oui ! 
Car là où tout le monde a compris qu’il était l’heure de faire des lapins, moi je fais quoi ? 
Je te le donne en mille, je fais des poulpes ! 
Voici donc la famille Poulpes de Pâques  : 
Poulpes + oeufs en chocolat = poulpes de pâques, on est d’accord ? 
Alors, comment te dire … Je suis toujours saine d’esprit si tu te le demandes ! 
L’idée m’est venue en voyant une photo dans un article sur le blog Still Vauriens, que j’ai découvert lors de ma fouille hebdomadaire sur Hellocoton de blogs sympas. La demoiselle a un poulpe planté sur l’écran de son ordinateur. Et là, paf, il fallait absolument que j’en fasse un pour la Dame pour son troisième et dernier cadeau d’anniversaire. Un cadeau qui ne sert à rien, oui oui je sais. 
Je n’avais pas envie de suivre un tuto, je suis donc parti en freestyle, après avoir observé plusieurs spécimens sur Ravelry. 
J’ai donc fait en premier, avec la même laine que le châle Briargate de la Dame, Miss Octopus : 
Charmante Lady, pleine de grâce et de finesse tentaculaire 

 Puis, l’énervement Fraternel ayant aimé Miss Octopus, j’ai fait Mister Octopus :

Il a un petit coté Arsène Lupin non ? Poulpement parlant évidemment ! 

 Mais l’énervement Fraternel, me signale, après avoir bien entamé Mister Octopus, qu’il préférerait un poulpe marron pas contrariant celui-là, soit, voici … Je ne sais pas, je voulais faire un cow boy, mais avec des paillettes … Buffalo poulpe :

Quoi ? C’est classe les paillettes !

 C’est alors que, le Monsieur (le mari de la Dame, faut suivre un peu !), m’a dit, j’en veux un vert … Hé je suis pas une machine à poulpes Qu’à cela ne tienne, voici captain Barbossa :

Que dire ? Hihihihi … Ok je me suis bien lâchée sur celui-ci … 
Voilà, même pas honte ! 
Et j’irai même plus loin, en te disant, chez Peuple blogosphérien, que j’ai écrit rien que pour toi le tuto pour les faire, des fois que t’aurais une crise poulpienne ! On ne sait jamais ! 
Et vu que je n’avais rien écrit quand je faisais Miss Octopus, et que j’ai fait les suivants de tête, j’ai refait un cinquième bébé poulpe pour être sure de moi. Je me dévoue t’as vu ? 
Tuto : 
Matériel
– des restes de laine, je ne saurais pas dire combien, entre 30 et 50 m selon le nombre de tentacules. 
– de la ouate 
– un crochet adapté à la laine (j’ai utilisé 3mm, 3.5mm et 4mm)
Lexique
ms : maille serrée
ml : maille en l’air
mc : maille coulée 
2msens : deux mailles serrées ensembles 
En image au cas où je ne serai pas clair ^^
Pattern : 

Débuter par un magic circle et crocheter en rond sans tourner à chaque rang

– rang 1 : 6 mailles serrées en rond
– rang 2 : 1 ml, 2ms dans chaque ms du rang précédent (12 m)
– rang 3 : 1 ml, *1ms,1ms, 2ms dans la m suivante*, répéter de *à* (16 m)
– rang 4 : 1ml, 1ms dans chaque m (16m)

Répéter ce rang jusqu’à la longueur désirée.

– rang suivant : *1ms, 1ms, 1ms, 2msens* répéter 3 fois, 1 ms (13m)

Remplir le corps du poulpe de ouate en tassant bien.

– rang suivant : 1ml, *1ms, 1ms, 1ms, 1ms, 2msens* répéter 2 fois, 1ms, (11m)
– rang suivant : 1ml, 1ms dans chaque maille (11m)
– dernier rang : 1ml, 2ms dans chaque maille (22m)

Puis, selon le nombre de tentacules voulu :

( rang facultatif A) : *1ms,1ms, 2ms dans chaque maille* répéter *à* (26m)

ou 

(rang facultatif B) : * 1ms, 2ms dans chaque maille* répéter *à* (30m)

Le dernier rang constitue la base des tentacules.

Sans couper le fil (à moins de changer de couleur), faire une chaînette de 20 ml, 1 ms dans les mailles 19,18,17 et 16, 2ms dans chaque ml suivante, 1ms dans la 1ère ml = un tentacule.

Faire une maille coulée dans la ms suivante de la base; 1 ms dans la ms suivante de la base.

Ce qui donne : 1 tentacule, 1mc, 1ms, 1 tentacule, 1mc, 1ms, …  Faire le tour de la base :

Selon le dernier rang constituant la base (soit le rang basique, soit le rang facultatif A, soit le rang facultatif B), vous aurez 10, 12 ou 14 tentacules.
Vous pouvez également espacer et diminuer le nombre de tentacules : 1 tentacule, 1mc, 1ms, 1ms, 1 tentacule, … Attention, les tentacules « mangent » beaucoup de laine !

Une fois le tour de la base complété, tourner le poulpe, de façon à voir la partie encore ouverte. Faire une chainette de 3ml, 1mc dans le premier rang de la base, 6 ml.
Faire 6 (7 – 8) brides dans la 3è ml, 1mc dans la 1ère ml, 6 (7 – 8) brides dans la 3è ml, 1mc dans la 6ml. Bloquer et couper le fil (environ 15 cm).
Avec une aiguille à coudre, coudre la collerette sur la partie ouverte afin d’empêcher la ouate de sortir. Rentrer les fils.

Fixer des perles pour les yeux et faire de petits accessoires pour habiller votre poulpe !
Et on a donc un ninja poulpe !

Déposé sur mon écran de pc portable, mais qui n’y restera pas longtemps, je le transformerai en porte-clé j’pense … 

Les autres ont laissé leurs poulpe sur leur écran, à l’instar de la Dame, qui en a deux pour le prix d’un avec le couple octopus :

Je vis dans une famille de geeks et j’assume ! 

Voilà, voilà, j’espère que ça t’auras plu ma populace adorée !

Honnêtement, dis-le, tu t’y attendais pas de te faire poulper pour Pâques hein ?

Et sinon t’as déjà vu un poulpe qui tricote ? Nan ? Ben regarde ! Et un poulpe geek ? Regarde j’te dis ! Pattern délirant ici !